<
 
.

Chronique Blu-Ray : CAPTAIN AMERICA CIVIL WAR - Une bataille titanesque et un film époustouflant – 6ème partie
Article Cinéma du Vendredi 06 Janvier 2017

A l’occasion de la sortie en Blu Ray de l’une des productions les plus spectaculaires que les Studios Marvel aient jamais produit, ESI vous propose ce dossier complet consacré à la production de CAPTAIN AMERICA CIVIL WAR.

Destination Berlin

Une fois la séquence de la guerre civile dans la boîte, la production s’est installée à Berlin, en Allemagne, pour les quatre dernières semaines de tournage. Le coproducteur Mitch Bell explique : « Nous sommes sans cesse à la recherche de lieux de tournage originaux. Nous avons pas mal sillonné la planète au fil des ans, nous nous sommes récemment rendus en Italie, en Corée, en Afrique du Sud et au Royaume-Uni pour AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON. Pour CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR, nous voulions faire quelque chose d’un peu différent. Nous hésitions entre l’Allemagne et la France, mais c’est finalement l’Allemagne qui l’a emporté car les paysages correspondaient davantage aux besoins de l’histoire. » L’idée de ramener Captain America là où tout a commencé pour lui a séduit les frères Russo. Anthony Russo commente : « Il nous semblait intéressant qu’après toutes ces années, Steve Rogers retrouve le théâtre européen où il s’est d’abord illustré en tant qu’outil de propagande américaine avant de se transformer en héros. Donc d’une certaine façon, la boucle est bouclée dans ce film. Mais c’était aussi intéressant parce que l’Europe de l’Est a énormément changé au fil du temps, en particulier Berlin qui est désormais une grande capitale européenne. L’Allemagne moderne joue un rôle significatif dans le film en tant que nation vouée au maintien de la paix et moteur de l’Europe. Il était très important pour nous de mettre cette réalité en lumière et de montrer combien tout avait changé. » Tourner en Allemagne a également été bénéfique pour les acteurs, qui ont pu travailler en décors réels et s’immerger dans les lieux et la culture locale. Sebastian Stan commente : « Cela nous a fait du bien de sortir de notre zone de confort. Nous avons passé beaucoup de temps à Atlanta et au bout d’un moment, on tombe dans une certaine routine. C’était bien de changer d’air et de découvrir une nouvelle ville à l’énergie différente. Avoir tourné à Berlin donne au film un caractère international et renforce son atmosphère de thriller. »

Anthony Mackie a quant à lui été frappé par la ferveur suscitée par les films et les personnages Marvel aux quatre coins du monde. Il déclare : « J’ai eu la chance de me rendre à Berlin à plusieurs reprises et c’est fascinant de voir combien la ville a changé et évolué avec le temps. C’est aujourd’hui une ville cosmopolite. Quel que soit le quartier où vous vous rendez, les gens sont vraiment attachés à ces personnages et cela fait chaud au coeur de savoir qu’on est apprécié. Lorsque tout le monde parle allemand autour de vous et que partout où vous posez les yeux, vous voyez l’architecture locale, cela imprègne et améliore nécessairement votre jeu. » L’une des séquences d’action explosives tournées à Berlin met en scène un des véhicules les plus sophistiqués au monde, piloté par T’Challa. L’équipe s’est tournée vers Audi, qui a confié son tout dernier concept-car high-tech à la production pour le tournage. Le coproducteur Mitch Bell déclare : « Nous ne savions pas quelle voiture utiliser pour la scène, mais nous voulions quelque chose de vraiment cool pour ce nouveau personnage qu’est la Panthère noire. Audi nous a proposé d’utiliser un de leurs concept-cars, un magnifique bolide racé doté des dernières technologies mais qui n’a jamais été mis en production. Soyez attentifs, car vous ne le verrez nulle part ailleurs que dans le film ! »Au cours des deux semaines de tournage à Berlin, les cinéastes ont investi les hauts lieux de la ville. Anthony Russo déclare : « Nous avons eu la chance de pouvoir tourner dans des lieux emblématiques de Berlin. Nous avons exploité au mieux le paysage urbain berlinois, ce qui confère une dimension supplémentaire au film et un réalisme qu’il est impossible d’obtenir en studio. »

Après Berlin, la production a pris la direction de Leipzig, au sud de la capitale allemande, où elle a passé les deux dernières semaines du tournage. C’est à l’aéroport international de Leipzig qu’ont été filmées les dernières scènes que la guerre civile. Obtenir l’autorisation de tourner dans un aéroport pleinement opérationnel a demandé à la production un travail de longue haleine qui a cependant porté ses fruits lors du tournage. La productrice exécutive Patricia Whitcher déclare : « Nous avons contacté les studios de Babelsberg un an avant le début du tournage pour nous associer à eux et avons commencé à faire des reconnaissances dans les aéroports allemands de Hambourg, Berlin, Francfort, Munich et Leipzig. » Elle poursuit : « Les équipes de Babelsberg ont obtenu l’autorisation de tourner dans l’aéroport ultramoderne de Leipzig, qui avait déjà accueilli des équipes de cinéma. Nous avons eu beaucoup de chance car il y a peu d’aéroports en fonctionnement au monde capables d’accueillir efficacement une équipe de 350 personnes. Il s’agit d’une des séquences les plus spectaculaires du film et l’équipe de l’aéroport de Leipzig a véritablement déplacé des montagnes pour nous ; elle a mis à notre disposition tout ce que nous avions demandé et tout ce dont nous avions besoin. Tout s’est passé sans aucun problème, les mois de préparation au cours desquels ils ont modifié leur fonctionnement pour s’adapter à nos besoins en valaient vraiment la peine. »

La production a cependant été confrontée à plusieurs défis logistiques, comme par exemple la limitation du nombre d’acteurs et de techniciens pouvant être présents au même moment sur la piste de l’aéroport. La productrice exécutive raconte : « Notre équipe comprenait environ 350 personnes, mais pour des raisons de sécurité, nous ne pouvions jamais être plus de 175 audelà de la zone de contrôle de sécurité, et donc sur la piste. Il a fallu que nous soyons très stratégiques dans notre organisation et notre préparation pour que tous ceux qui avaient besoin de se trouver sur le plateau y soient. Par moments, le tournage a pris des airs de sport d’équipe parce qu’il fallait faire entrer et sortir les acteurs et techniciens en fonction des scènes pour s’assurer qu’il n’y ait jamais plus de 175 personnes présentes en même temps. » Kevin Feige conclut : « Je mentirais si je disais que la pierre angulaire de ce film n’est pas l’affrontement des Avengers dans l’immense et magnifique aéroport de Leipzig. Il s’agit d’une scène tout à fait inédite dans l’univers Marvel ; voir ces deux camps se battre et utiliser leurs pouvoirs comme jamais encore on ne les avait vus faire était une des promesses de CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR. Cette bataille redéfinit ce dont ces personnages sont capables, elle les oblige à faire des choses qu’eux-mêmes ignoraient pouvoir faire et c’est vraiment captivant à regarder. » L’équipe a pris plaisir à découvrir les villes de Berlin et Leipzig, mais plus encore que ses partenaires, le fait que le film soit en partie tourné en Allemagne a ravi l’acteur Daniel Brühl, qui vit à Berlin où il possède son propre restaurant. Il confie : « J’ai été agréablement surpris d’apprendre que le film serait tourné en Allemagne car l’Europe joue un rôle significatif dans l’histoire. C’est génial de pouvoir filmer certaines scènes là où elles sont censées se dérouler. C’était un plaisir de terminer le tournage dans ma ville. »à l’acteur rendre à ses partenaires un peu de l’hospitalité qu’il avait reçue à Atlanta. Il déclare : « Je suis heureux et fier que tout le monde ait apprécié le tournage en Allemagne. Aux États-Unis, j’étais sans cesse invité chez les uns et chez les autres, j’étais donc ravi de pouvoir à mon tour jouer les hôtes après avoir été si chaleureusement accueilli à Atlanta. J’ai invité toute l’équipe à passer une soirée dans mon bar à tapas. Ce n’est pas tous les jours que le film évènement de l’année est tourné dans votre ville ! Je suis très reconnaissant d’avoir pu y prendre part et d’avoir travaillé avec des acteurs aussi talentueux sous la direction des frères Russo, un fantastique duo ! »

Daniel Brühl n’est pas le seul acteur du film à faire l’éloge des réalisateurs. Chris Evans déclare : « J’adore les frères Russo. Ce sont des types très sympathiques et pas prétentieux avec qui c’est un bonheur de travailler. Ils possèdent en outre une connaissance encyclopédique du cinéma et sont capables de faire référence à des scènes d’autres films qui parlent à tout le monde. J’ai toujours pensé que le cinéma était quelque chose de subjectif, il est facile de se perdre dans un brouillard sémantique, mais ils ont le don de mettre tout le monde sur la même longueur d’onde, de sorte que nous avançons tous dans la même direction. Ce sont aussi d’incroyables techniciens qui travaillent avec une rapidité et une précision extraordinaires, c’est une chose que j’admire et que j’apprécie énormément. Ils savent ce qu’ils veulent et comment le communiquer tout en restant ouverts. » La première collaboration de Robert Downey Jr. avec Anthony et Joe Russo s’est également révélée être une expérience positive. L’acteur commente : « J’apprécie tout ce qu’ils sont en tant que réalisateurs. Ils ont pris mes remarques en compte et je me suis volontiers laissé guider. C’est le genre de partenariat créatif qui me plaît. »

Notre dossier CAPTAIN AMERICA CIVIL WAR reviendra bientôt sur ESI ! Bookmark and Share


Fantasy Attraction Arthur, l'aventure 4D
.