<
 
.

Chronique Blu-Ray : CAPTAIN AMERICA CIVIL WAR - Une bataille titanesque et un film époustouflant – Dernière partie
Article Cinéma du Mercredi 25 Janvier 2017

A l’occasion de la sortie en Blu Ray de l’une des productions les plus spectaculaires que les Studios Marvel aient jamais produit, ESI vous propose ce dossier complet consacré à la production de CAPTAIN AMERICA CIVIL WAR.

Les cascades d’un choc de titans

Pour exécuter les scènes d’action de CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR, le coordinateur des cascades et des combats Sam Hargrave a été confronté à des défis uniques, comme par exemple le fait que le nombre d’acteurs principaux nécessitant des doublures et des riggers était plus important que d’habitude. Il explique : « Ce film a représenté un travail énorme. Nous avons de nouveau fait appel à Heidi Moneymaker et Aaron Toney, qui doublent Black Widow et le Faucon, mais il y avait également beaucoup de nouveaux personnages que nous avions déjà vus mais que nous voulions mettre en scène sous un jour différent. Nous nous sommes donc mis en quête des meilleurs cascadeurs, la plupart desquels sont très jeunes. » Avant de concevoir les séquences d’action du film, Sam Hargrave a soigneusement étudié le scénario et longuement discuté avec les frères Russo afin de déterminer ce qu’ils attendaient de ces scènes. Il explique : « Les cinéastes se reposent énormément sur notre savoir-faire en matière de combats. Nous rassemblons les informations qu’ils nous donnent : les temps forts de l’histoire, les moments qu’ils veulent mettre en avant et l’esprit général qu’ils veulent donner aux combats, après quoi nous sommes libres de créer des séquences qui nous semblent représenter au mieux les personnages et faire avancer l’histoire. » Le chorégraphe des combats James Young, qui a travaillé en étroite collaboration avec Sam Hargrave sur les scènes d’action du film, déclare : « Dans CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L’HIVER, nous avions établi un style réaliste à mi-chemin entre arts martiaux asiatiques et démonstrations de force en mode super-héros, et nous voulions poursuivre dans cette voie. Entre Captain America, le Soldat de l’hiver et T’Challa, le film met en scène plein de styles de combats différents, notre mission a donc consisté à trouver le moyen d’insuffler un certain réalisme à ces séquences sans perdre de vue le fait qu’il s’agit de personnages surhumains. »

Collaborer avec Chris Evans a été un plaisir pour Sam Hargrave et James Young. Le coordinateur des cascades déclare : « Chris est un grand professionnel. Il a joué dans cinq films Marvel et connaît parfaitement son personnage. Il est très athlétique et retient les chorégraphies avec une facilité déconcertante. Et puis il réalise ses mouvements et ses scènes d’action avec une assurance qui sied au personnage. » L’enthousiasme dont a fait preuve Sebastian Stan a également été très apprécié par l’équipe en charge des cascades, comme l’explique Sam Hargrave : « Sebastian faisait pratiquement partie de l’équipe. Il adore s’entraîner et dès qu’il en avait l’occasion, il nous rejoignait à la salle de sport. Il a vraiment tout donné et réalisé des séquences de combat dont nous sommes très fiers » L’acteur n’a lui aussi que des éloges pour l’équipe en charge des cascades : « Tout le mérite revient à Sam Hargrave et James Young, je leur tire mon chapeau ! J’ai énormément appris à leurs côtés, ils font preuve d’un courage et d’un enthousiasme qui forcent le respect. C’est grâce à eux que les scènes d’action du film sont si réalistes. Nous avons beaucoup de chance de pouvoir travailler avec eux. » Sam Hargrave et James Young ont cependant eu fort à faire pour développer le style de combat de la Panthère noire, interprété par Chadwick Boseman, qui fait ici ses débuts dans l’univers Marvel. Le chorégraphe des combats explique : « Dans les comics, la Panthère noire est un adversaire redoutable, c’est l’un des meilleurs combattants d’arts martiaux de l’univers Marvel. Si les techniques de combat de Captain America sont inspirées d’arts martiaux traditionnels tels que le judo, le karaté, le taekwondo et l’aïkido, la Panthère noire a un style plus fluide inspiré de la capoeira, une forme d’art martial utilisation du kung-fu confère également à sa technique une influence asiatique. » Sam Hargrave ajoute : « Chadwick s’est montré déterminé et totalement investi. Il tenait à ce que sa technique soit la meilleure possible, et cela tombait bien car c’est également notre philosophie. Il était présent sur le tournage même les jours où il ne travaillait pas, juste pour s’assurer que tout le monde donnait le meilleur de luimême pour le film. »

CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR marque la première collaboration de Sam Hargrave et Robert Downey Jr. Le coordinateur des cascades déclare : « Robert Downey Jr. est une légende. C’est également un pratiquant d’arts martiaux confirmé et très entraîné, il comprend donc les exigences de notre métier comme celles des arts martiaux. Nous avons conçu ses scènes d’action en nous appuyant sur ses points forts. » James Young ajoute : « Nous avons demandé à Robert s’il avait des idées à nous soumettre pour les scènes de combat, et la plupart des mouvements que réalise Tony lorsqu’il affronte Cap sont inspirés de l’art martial chinois traditionnel qu’il pratique, le wing chun. Robert et ses entraîneurs ont grandement contribué à faire du personnage ce qu’il est dans ce film. » Pour l’équipe en charge des cascades, le film se compose de quatre scènes d’action majeures : la séquence d’ouverture à Lagos, l’évasion par la cage d’escalier, la confrontation entre les deux clans d’Avengers et la scène finale. Chacune d’entre elles a présenté des défis différents et poussé l’équipe à se dépasser. Mais la scène dans laquelle les Avengers s’affrontent est de loin la plus impressionnante. Cette épique bataille de 16 minutes a nécessité une préparation minutieuse et pas moins de quatre semaines de tournage. Le principal challenge a été de s’assurer que tout - et tout le monde - soit à sa place. James Young se souvient de l’excitation et des difficultés du tournage : « Il se passe énormément de choses dans cette scène. À un moment donné, il y a la Panthère noire, Cap, Black Widow et War Machine qui se battent d’un côté, et en face Spider-Man, Iron Man et tous les autres. Lors de la prévisualisation, nous avons essayé de dresser une carte de l’action pour savoir à chaque instant où se trouvait chacun des personnages dans l’aéroport, mais pendant que certains se battent au sol, d’autres comme Iron Man, le Faucon et la Vision s’affrontent dans les airs. Nous étions constamment en train de nous demander si untel ou untel était à la bonne place, car lorsque la Panthère noire se bat au premier plan, ce qui se passe à l’arrière-plan est tout aussi important. » Une chose est certaine cependant : les réalisateurs ne voulaient pas de scènes de combat gratuites. Ils tenaient à ce que l’action soit originale et constamment palpitante, et au lieu de simples coups de pied et de poing, ils se sont attachés, avec les acteurs, à insuffler de la sincérité et de l’émotion à ces scènes. Sam Hargrave conclut : « CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR parcourt tout le spectre des émotions et de l’action. Le public ne va pas en revenir ! »

Deux camps opposés

Pour combler les attentes des fans, les frères Russo ont fait le choix d’une histoire magistrale et de personnages complexes. Joe Russo déclare : « Je pense que les spectateurs seront touchés par l’humanité de chacun des personnages. Ils sont tous imparfaits à leur façon et possèdent tous une part de bien et de mal. Même si ce sont des super-héros, ce sont aussi des êtres humains auxquels il est très facile de s’identifier. Le film nous met en quelque sorte face à un dilemme cornélien car il est très difficile de décider qui a tort et qui a raison. » C h r i s Evans déclare : « Bien qu’il y ait beaucoup d’action spectaculaire dans le film, l’histoire, elle, est bien ancrée dans la réalité. Les frères Russo ont le don de raconter des histoires profondément humaines dans lesquelles il se trouve qu’il y a des superhéros, et non des histoires de super-héros teintées d’humanité. CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR met en scène un conflit familial complexe, et c’est ce qui rend le film aussi passionnant. Personne n’a raison ou tort, il n’y a ni bien ni mal, seulement des points de vue différents. À chacun de voir où il se situe. » Scarlett Johansson commente : « Le conflit qui oppose les Avengers fera réagir les fans et les spectateurs, qui continueront à défendre leur camp après avoir quitté la salle. Cela leur donnera matière à réflexion. Nous faisons valoir le point de vue de chacun des clans, et à mesure que les enjeux s’élèvent, les intérêts personnels deviennent de plus en plus importants. » Robert Downey Jr. ajoute : « Les spectateurs seront agréablement surpris et intrigués par l’évolution des choix de Cap et le fait que l’on reste malgré tout à ses côtés. On est habitué à ce que Tony fasse des erreurs même si ses intentions sont toujours b o n n e s , alors que dans ce film, on s’interroge sur les motivations de Cap. Au début du film, il perd quelqu’un à qui il tenait beaucoup, et c’est une des raisons qui le poussent à chercher à raviver d’anciennes relations. » Anthony Russo précise : « Le film est également surprenant et effrayant. Je pense que le public appréciera qu’il soit impossible de prédire ce qui va se passer. Et puis soyons honnêtes : voir ses superhéros préférés se battre les uns contre les autres est toujours très divertissant ! »



Captain America Civil War) 2015 Prod : Marvel Studios Distribution : The Walt Disney Company France Réalisation : Anthony et Joe Russo. Producteur : Kevin Feige. Distribution : Chris Evans Robert Downey Jr, Scarlett Johansson, Sebastian Stan, Anthony Mackie, Don Cheadle, Jeremy Renner, Chadwick Boseman, Paul Bettany, Elizabeth Olsen. Scénario: Christopher Markus & Stephen McFeely. Image: Trent Opaloch. Décors: Owen Paterson. Montage: Jeffrey Ford, A.C.E. et Matthew Schmidt. Costumes: Judianna Makovsky. Superviseuse des effets visuels: Jen Underdahl. Superviseur des effets spéciaux: Dan Sudick. Durée : 2h28 Bookmark and Share


Fantasy Attraction Arthur, l'aventure 4D
.