<
 
.

L’univers étendu d’Alien : Quand le huitième passager s’incruste sur papier – 2ème partie
Article Produits Dérivés du Mardi 04 Juillet 2017

Par Pierre-Eric Salard

Nouvelles perspectives

En 1988, deux ans après la sortie d’Aliens, le retour, Dark Horse Comics propose donc de retrouver le Caporal Dwayne Hicks (incarné par Michael Biehn dans le film de James Cameron) et la jeune Rebecca Jorden, alias Newt. Dix ans se sont écoulés depuis la destruction du processeur atmosphérique de LV -426. Écrits par Mark Verheiden («Falling Skies»), ces premiers comics explorent le monde natal supposé des aliens, lèvent le voile sur la nature des Space Jockeys (donc bien avant Prometheus), avant de montrer la propagation des xénomorphes qui, tel un virus, vont jusqu’à provoquer le chaos sur Terre. Ellen Ripley fera elle aussi son retour, en cours de route. «Ces comics ont été créés en 1988, des années avant qu’il soit question de tourner un Alien 3. Les auteurs avaient donc imaginé une suite à Aliens où Hicks et Newt étaient revenus sur Terre. Personne ne s’attendait à ce qu’ils meurent dans le film qui suivrait», rappelle Frédéric Wett. «C’est donc totalement hors continuité officielle et non canonique, mais réellement passionnant». Suite à la sortie d’Alien 3 (et la mort des compagnons de Ripley), ces comics seront réédités, non sans quelques altérations. Ainsi Newt et Hicks sont-ils renommés pour devenir des personnages originaux, Billie et Wilks. Ripley, elle, devient un androïde arborant les traits de la survivante. Bantam Books s’inspirera notamment de cette version altérée pour publier une série d’adaptations sous forme de romans, de 1992 à 1998, des comics Aliens (certains furent traduits en France à la fin des années 1990, aux éditions J’ai lu). Depuis 2016, à l’occasion du trentième anniversaire d’Aliens, le retour, ces premiers comics sont publiés en France dans leur version originale ; Newt et Hicks sont ainsi de retour dans le premier album de 194 pages, intitulé Aliens : La Série originale (30e anniversaire). La suite sera racontée dans Aliens, Livre Deux. Prévu pour octobre prochain, cet album contiendra les versions françaises des comics Aliens Book Two et Earth War, écrits par Mark Verheiden et dessinés par Denis Beauvais et Sam Kieth. En 1992, Dark Horse Comics conçoit une série de treize mini-comics, Aliens : Space Marines, destinée aux plus jeunes, puisqu’elle accompagnait des figurines à l’effigie des personnages d’Aliens, le retour (ainsi que des aliens aux formes diverses). Il s’agissait d’une opération promotionnelle ; un dessin animé, Operation : Aliens, était prévu. Soit une étrange idée qui fut heureusement abandonnée en cours de doute. L’année 1992 est également marquée par la publication de Newt’s Tale, un comic book écrit par Mike Richardson d’après le script d’Aliens, le retour. Et pour cause : ce récit raconte le film de James Cameron selon la perspective de la jeune fille ! Et ce, dès l’arrivée des xénomorphes dans la colonie de Hadley’s Hope. En 1993, les légendaires Dave Gibbons (Watchmen) et Mike Mignola (Hellboy) s’associent pour Aliens : Salvation. «Il faut savoir qu’Aliens a été la première série de comics tirée d’un film sur laquelle on a fait travailler des auteurs déjà renommés, car on a misé sur la qualité intrinsèque des comics plus que sur la popularité de la franchise : Dave Gibbons, Richard Corben, David Lloyd, Sam Kieth, Mike Mignola, Bernie Wrightson... Même Moebius y a fait un passage !», précise Frédéric Wetta. Ce récit de 56 pages a été publié en France en 2016, sous le titre Aliens Absolution. À cette occasion, la colorisation de l’album a été entièrement refaite. Aliens Absolution s’intéresse à l’équipage d’un cargo spatial qui découvre la nature de sa cargaison : des dizaines d’aliens ! Mais c’est à la surface d’une planète hostile que le jeune Selkirk, un prêtre en quête de rédemption, va devoir faire face aux créatures… Encore plus étrange, mais inédit en France, Aliens : Music of the Spears mettait en scène un musicien qui cherchait à créer une symphonie à l’aide des sons émis par les xénomorphes… Publié en 1994, mais proposé cette année par Wetta, Aliens Earth Angel, réalisé par John Byrne (Superman, Avengers), se déroule dans les années 1950. Près d’une petite ville américaine, un OVNI s’écrase. À son bord ? Un extraterrestre qui ne tardera pas à donner naissance à un terrifiant monstre ! Délicieusement rétro, ce récit mêle deux univers qui, en théorie, n’étaient pas faits pour se rencontrer. Conçue en 1997 par Richard Corben (Vampirella) et John Arcudi (The Mask), la bande dessinée Aliens Alchimie, également disponible en France, s’intéresse aux descendants de l’équipage d’un vaisseau qui s’est écrasé sur une planète inconnue, il y a bien longtemps. La communauté qui s’est reconstruite sur la surface de ce monde lointain – dans une sorte de parodie de la religion catholique — va bientôt être ravagée par une féroce créature. Une policière va devoir enquêter sur des meurtres particulièrement sauvages.

Le meilleur des mondes

Suite à une ultime série de comics, Xenogenesis, en 1999, Dark Horse va entamer une pause d’une décennie. Ce qui n’empêchera pas la maison d’édition de publier, de 2005 à 2008, une poignée de romans. Certains seront traduits en France, en 2007, aux éditions Outworld, dont Péché originel (Original Sin), de Michael Jan Friedman, qui fait suite aux aventures du clone de Ripley dans Alien Résurrection. Dans ce futur encore plus lointain, Ripley retrouve les survivants du film – l’androïde Call, le mercenaire Johner et le mécanicien Vriess – pour affronter de nouveau les aliens. L’intrigue de Guerre génétique (DNA War), de Diane Carey, tourne autour d’une anthropologue qui cherche à communiquer avec des aliens… qui ne l’attaquent même pas (au départ). Dans le roman suivant, Poudrière (Cauldron), l’auteure invite les xénomorphes à semer le chaos dans une arche de Noé spatiale. En 2011, les éditions du Cherche Midi proposent une traduction d’Alien : No Exit, écrit par Brian Evanson (La Confrérie des mutilés). Mais c’est en 2009 que Dark Horse Comics renoue avec les comics Aliens. La maison d’édition ne tardera pas, d’ailleurs, à proposer de courts récits accompagnant les sorties des jeux vidéo Colonial Marines (2013) puis Alien Isolation (2014). Notons que cette dernière histoire, qui raconte les tragiques événements précédant l’arrivée d’Amanda Ripley au sein de la station spatiale Sevastopol, pourrait éventuellement être publiée en France dans la série d’albums Xénologie de Wetta, qui compile des histoires courtes. À partir de 2014, Titan Books initie une trilogie de romans dont le marketing insiste sur la nature «officielle». Le premier, Alien : Hors des ombres (Out of Shadow), écrit par Tim Lebbon (L’aube des Jedi) et publié en France par Huginn & Muninn, se déroule entre les deux premiers films. Trois décennies après la destruction du Nostromo, une colonie humaine, située sur LV -178, y est envahie par des aliens. Captant un message de détresse, la conscience de l’androïde Ash, qui a pris le contrôle de la navette de sauvetage Narcissus, décide de s’y rendre afin de capturer un spécimen. Ellen Ripley se réveille donc dans un nouveau cauchemar. Des événements dont elle ne se souviendra pas, suite à l’effacement de sa mémoire. Pratique ! Le roman suivant, Sea of Sorrows, se déroule bien après Alien Résurrection. Toujours sur LV -178, un descendant d’Ellen et Amanda Ripley devra affronter des xénomorphes. Le dernier ouvrage, River of Pain, est autonome : à l’instar du comic book Newt’s Tale vingt ans plus tôt, il raconte la chute de la colonie Hadley’s Hope, sur LV -426. Il s’agit donc d’un prologue à Aliens, le retour. Ces deux derniers romans n’ont pas encore été traduits en français. En 2014, Dark Horse Comics propose sa propre série, Le Feu et la roche (Fire and Stone), qui fait suite aux événements des films Prometheus et Aliens, le retour, tout en invitant les predators. En 2219, Weyland-Yutani envoie une équipe chargée d’enquêter sur la disparition du vaisseau Prometheus, en mission scientifique sur LV -223. Or c’est un vaisseau issu d’une lune voisine, LV -426, qui est retrouvé. Des survivants de la colonie Hadley’s Hope, après avoir échappé aux aliens, s’y sont en effet écrasés. Ce qui s’appelle ne pas avoir de chance ! Ces cinq tomes furent proposés dès 2015, en France, par les éditions Wetta. Les retardataires pourront se procurer l’album Aliens Solitaire, qui est une reprise d’Aliens : Le Feu et la Roche (incluant l’épilogue Le Rapport Hicks, où le caporal apprend que des membres de la colonie ont réussi à prendre la fuite, et un carnet de croquis). «Cette histoire est complète, indépendante du reste de la saga Le Feu et la Roche, et directement liée aux films», explique Frédéric Wetta. «Il suffit d’avoir vu Aliens, le retour ou Prometheus pour la comprendre. Elle ne contient aucune allusion aux predators ou à des éléments d’autres bandes dessinées. Nous en avons tiré un album 'solo', destiné avant tout à ceux qui ne connaissent que les films Alien et qui voudraient se mettre aux B.D., sans se retrouver perdus au milieu de tout ce qui a été développé en 30 ans». Cet album sera proposé, en exclusivité, en noir et blanc. Pour cet été, Wetta prévoit également la publication d’Alien Xénologie, une compilation d’histoires courtes extraites des magazines "Dark Horse Presents". Parmi les auteurs invités, on retrouve les noms de Gene Colan, Nancy Collins ou Mark Nelson. Enfin, les plus curieux peuvent dès présent mettre la main sur l’un des nombreux crossovers, Judge Dredd / Aliens : Infestation, publié en mars en France. Alors que Ridley Scott s’apprête à nous faire découvrir une nouvelle hécatombe sur le grand écran, Dredd va faire le ménage dans un hôpital de Mega City One. Finalement, peu importe la continuité officielle, tant que les comics peuvent nous offrir l’ivresse d’une revanche bien méritée ! Bookmark and Share


Fantasy Attraction Arthur, l'aventure 4D
.