<
 
.

THOR : RAGNARÖK – Un film du tonnerre, et un fantastique hommage à Jack Kirby !
Article Cinéma du Vendredi 13 Octobre 2017

C’est presque à une réinvention du personnage de Thor que les Studios Marvel nous présentent dans ce troisième volet de la saga, plus cosmique et spectaculaire que jamais. Et c’est aussi un véritable événement pour les fans de super-héros, puisqu’il s’agit de la toute première fois que le style graphique et les créations du légendaire Jack « The King of Comcis » Kirby – co-créateur de Thor avec Stan Lee et Larry Lieber - sont transposées directement au cinéma. Pour patienter jusqu’au 25 octobre, ESI vous propose déjà cette présentation du film.

Le synopsis

Privé de son puissant marteau Mjolnir, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir, il va d’abord devoir mener un combat titanesque de gladiateurs contre celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk… Un vent nouveau souffle sur Asgard avec THOR : RAGNARÖK des studios Marvel, sous l’impulsion du réalisateur / acteur / scénariste et spécialiste du Stand-Up néo-zélandais Taika Waititi. Cet artiste aux multiples talents a voulu rendre hommage au héros de BD qui le fascinait pendant son enfance, et à l’un de ses dessinateurs favoris, Jack Kirby, dans un film à grand spectacle, rempli d’humour et d’action.

Du côté du casting, Chris Hemsworth (RUSH ; AU CŒUR DE L’OCEAN), qui incarne à nouveau le super-héros, est entouré de Tom Hiddleston (KONG : SKULL ISLAND) dans le rôle de Loki, le frère adoptif de Thor ; Cate Blanchett (Oscar de la meilleure actrice pour BLUE JASMINE ; CAROL) dans celui de la redoutable Hela ; Idris Elba (Golden Globe du meilleur acteur pour LUTHER ; PACIFIC RIM) dans celui de la sentinelle Heimdall ; Jeff Goldblum (LA MOUCHE, JURASSIC PARK, THE GRAND BUDAPEST HOTEL) dans celui du Grand Maître, dictateur excentrique de Sakaar ; Tessa Thompson (CREED : L’HERITAGE DE ROCKY BALBOA ; SELMA) dans celui de la guerrière Valkyrie ; Karl Urban (la trilogie STAR TREK ; LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LE RETOUR DU ROI) dans celui de Skurge, l’un des guerriers les plus redoutables d’Asgard ; Mark Ruffalo (SPOTLIGHT, TOUT VA BIEN ! THE KIDS ARE ALL RIGHT), dans celui de Bruce Banner et Hulk, qu’il incarnait déjà dans la saga AVENGERS ; et Sir Anthony Hopkins (Oscar du meilleur acteur pour LE SILENCE DES AGNEAUX ; NIXON) dans celui d’Odin, souverain d’Asgard. Le scénario de THOR : RAGNARÖK - troisième volet des aventures du super-héros scandinave - est signé Eric Pearson, d’après une histoire qu’il a coécrite avec Craig Kyle et Christopher Yost. Le film est produit par Kevin Feige. Louis D’Esposito, Victoria Alonso, Brad Winderbaum. Thomas M. Hammel et Stan Lee en sont les producteurs délégués.

Le réalisateur Taika Waititi a réuni une équipe talentueuse qui compte notamment les chefs décorateurs Dan Hennah (les trilogies du SEIGNEUR DES ANNEAUX et du HOBBIT) et Ra Vincent (VAMPIRES EN TOUTE INTIMITE) ; le directeur de la photo Javier Aguirresarobe, ASC (LES SECRETS DU CŒUR ; LES AUTRES), qui a remporté 6 Goyas ; le monteur Joel M. Negron (THE NICE GUYS : L.A. DETECTIVES ; TRANSFORMERS 3 : LA FACE CACHEE DE LA LUNE), la conceptrice des costumes Mayes Rubeo (AVATAR ; APOCALYPTO), le directeur des effets spéciaux Jake Morrison (ANT-MAN ; THOR : LE MONDE DES TENEBRES) et le compositeur Mark Mothersbaugh (21 JUMP STREET, LA GRANDE AVENTURE LEGO).

Une autre vision

THOR : RAGNARÖK, raconte la suite des aventures extraordinaires du dieu scandinave, dont les deux précédentes adaptations au cinéma, THOR en 2011 et THOR : LE MONDE DES TENEBRES en 2013, ont généré à elles deux plus de 1,1 millions de dollars au box-office international. C’est en examinant le passé du personnage que les scénaristes ont trouvé matière à de nouveaux exploits, comme l’explique le producteur Kevin Feige : « Les possibilités offertes par les personnages secondaires du film, les différents méchants et le drame familial qui se joue entre Loki et Odin sont plus variées que pour n’importe quel autre héros Marvel. Pour ce troisième film, nous voulions faire quelque chose de très différent, avec de nouveaux personnages, de nouveaux méchants et de nouveaux paysages. Nous aimons surprendre le public en changeant complètement d’atmosphère dans une même saga. » Le mot « Ragnarök » est synonyme de fin du monde, d’apocalypse, d’Armageddon, précise le réalisateur, Taika Waititi. « Mais c’est aussi le début d’un nouveau cycle dans le monde qui nous entoure ou aux confins de l’univers. Pour moi, cela correspond à une phase de destruction, suivie d’une renaissance. » Kevin Feige a fait appel au Néo-Zélandais Taika Waititi pour ce troisième long-métrage parce qu’il appréciait le style du réalisateur, et ce qu’il était susceptible d’apporter à ce nouvel opus. « Nous cherchions quelqu’un qui soit capable de nous aider à redéfinir entièrement l’ambiance de la série », ajoute le producteur. « Nous avons donc parlé des films qui nous avaient plu. Taika en a tourné de vraiment drôles, servis par une réalisation remarquable, comme BOY, VAMPIRES EN TOUTE INTIMITE ou HUNT FOR THE WILDERPEOPLE. Il a un talent extraordinaire. Il n’avait encore jamais travaillé sur quelque chose de ce type, et c’est justement ce qui nous plaisait. » « L’une des choses qui m’a plu sur ce projet, c’est que Marvel avait envie de transformer la saga THOR », renchérit le réalisateur. « De l’emmener dans l’espace, afin qu’il passe le moins de temps possible sur Terre. Ce qui me plaisait, c’était aussi leur volonté d’y mettre de l’humour. Au lieu de m’inspirer des précédents, j’ai donc considéré THOR : RAGNARÖK comme un film unitaire. Bien entendu, il fait partie de l’univers Marvel et ne dépareille pas dans leur catalogue de films de superhéros. »

Visages familiers & nouveaux venus

Chris Hemsworth (Thor) est à nouveau entouré de Tom Hiddleston (son frère adoptif, Loki), Mark Ruffalo (Hulk/Bruce Banner), Idris Elba (Heimdall) et Anthony Hopkins (Odin). « Nous avons tourné un film à part », raconte l’interprète de Thor. « Mon personnage entreprend un parcours initiatique. Il ne veut pas être roi. Il a vécu sur Terre mais il vient d’ailleurs, ce qui l’empêche de trouver sa place. En tentant de trouver des réponses aux questions qu’il se pose, il découvre que le chaos règne dans l’univers ». Brad Winderbaum, le producteur délégué, précise que Thor a mûri : « Il a vraiment pas mal changé depuis le premier film. Le type qui s’était rendu dans une animalerie pour demander s’il pouvait enfourcher un oiseau géant est aujourd’hui capable de piloter un vaisseau spatial. Il fait preuve de beaucoup plus d’ingéniosité, entre autres à cause de ce qui lui est arrivé dans THOR. Il a été banni et envoyé sur Terre, où il a dû se familiariser avec un environnement totalement différent, ce qui l’a rendu plus fort. Après les aventures d’AVENGERS et de THOR : LE MONDE DES TENEBRES, et celles qu’on imagine qu’il a vécues depuis L’ÈRE D’ULTRON, il sait désormais faire face à d’autres civilisations et de nouveaux problèmes. » Pour Kevin Feige, la relation entre Thor et Loki est « complètement différente de celle de n’importe quel autre personnage de l’univers Marvel. Dans toutes nos intrigues, dans les rapports qu’entretiennent les personnages des différentes franchises, le lien qui unit Thor et Loki est, de loin, le plus intéressant ». Et leur histoire est l’un des moteurs de l’action dans THOR : RAGNARÖK. « L’évolution de Loki est fascinante », reprend Brad Winderbaum. « Au départ, c’est un souverain heureux qui a obtenu ce qu’il voulait et pense qu’Asgard prospère grâce à lui. Mais il finit par se rendre compte qu’il est incapable de comprendre tout ce que son père faisait pour protéger l’univers. »

Tom Hiddleston, qui incarne à nouveau l’un des méchants préférés de Marvel, ajoute : « J’interprète ce personnage depuis sept ans. J’ai passé un casting en 2009. Nous avons tourné le premier film en 2010. Et nous sommes aujourd’hui en 2017. Ce que je trouve intéressant, c’est qu’il m’est désormais familier. En revanche, j’ai l’impression de devoir me surpasser de film en film. Je dois faire honneur au personnage, et à l’intérêt que lui porte le public. Continuer à être imprévisible, complexe, charismatique, colérique, malveillant, dictatorial, profondément abîmé, et tenter de franchir une nouvelle étape dans la construction du personnage. » « Dans ce nouveau chapitre, nous célébrons son histoire mais l’avenir est porteur de nombreuses surprises pour les spectateurs. »

Hulk, pour sa part, a échoué sur la planète Sakaar après les événements survenus dans AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON. Comme l’explique Mark Ruffalo, « Ultron a tenté de quitter la Terre pour sauver ce qui lui restait de connaissance afin de reprendre des forces. Mais c’est Hulk qui s’est retrouvé à bord de ce vaisseau. Celui-ci peut choisir de rejoindre les Avengers, mais on le voit partir à la dérive sur le Quinjet, vers une destination inconnue ». Quand Thor retrouve Hulk dans l’arène des gladiateurs de Sakaar, cela fait deux ans que Bruce Banner est enfermé dans ce corps. « Je me suis dit qu’il était profondément endormi », ajoute Mark Ruffalo. « Pendant toute cette période, tous les traumatismes qui lui faisaient peur, le faisaient douter, l’empêchaient d’être heureux ont en quelque sorte disparus. Ses neurotransmetteurs et ses circuits neuronaux se sont adaptés en conséquence. »

Selon le scénariste Craig Kyle, Heimdall n’est plus le « mercenaire » qu’il était dans son dernier film Marvel. Pour Brad Winderbaum, « Heimdall est, comme Odin, un personnage qui appartient à l’époque révolue d’Asgard, contrairement à Thor et Loki. Odin et lui faisaient figure d’hommes d’Etat dans les films précédents. Ici, Heimdall est en exil dans les contrées sauvages du royaume ». De son côté, Odin est le roi d’Asgard depuis une éternité mais il est ici confronté à une nouvelle réalité. Pour Anthony Hopkins, tourner ce nouvel opus avec un réalisateur différent était une expérience très satisfaisante. « Ce que j’aime chez Taika, c’est sa vivacité », dit l’acteur. « Il a beaucoup d’humour. Il sait ce qu’il fait, mais il est ouvert à nos propositions, ce qui m’a beaucoup surpris. J’ai donc expérimenté, avec son accord. Il nous laisse beaucoup de liberté. Je me suis vraiment amusé. »

Hela, la première vraie méchante de l’univers Marvel, est incarnée par Cate Blanchett. « Elle ne correspond pas du tout à l’idée que l’on se fait d’un méchant », reprend le réalisateur. « Elle possède bien entendu tous les attributs d’un méchant féminin : sexy, drôle et superbe. Mais elle est aussi imparfaite et tourmentée. Elle est bien plus complexe que beaucoup de méchants dans ce genre de film. Elle n’a pas simplement envie de régner sur le monde ou l’univers. Je pense que ce qu’elle veut résonnera chez beaucoup de gens. » « Pour jouer ce personnage féminin terrifiant, nous avons tout de suite pensé à Cate », se souvient Kevin Feige. « Elle a accepté, après avoir rencontré Taika, qui peut se montrer irrésistible et a un point de vue très original sur la saga. Ce qui fait qu’aujourd’hui, je me pince chaque fois que je me dis que c’est Cate Blanchett qui interprète notre méchante dans THOR : RAGNARÖK. Je n’en reviens toujours pas. Grâce à elle, le film a pris une toute autre ampleur. » « Je me suis énormément amusée à jouer ce démon, cet ange de la mort, parce qu’elle a des atouts très surprenants et vraiment rares », remarque l’intéressée. « Elle n’est pas seulement effrayante : il y a une part de malice et de joie sous-jacentes. La direction d’acteur de Taika m’a permis de faire ressortir cela. Le public va en voir de toutes les couleurs avec elle ! »

Tandis qu’Hela fait régner le chaos à Asgard, Thor et Bruce Banner sont coincés à l’autre bout de l’univers sur la planète Sakaar, où le Grand Maître, un dictateur tyrannique, organise de terribles combats. « Nous souhaitions rendre ce personnage vraiment mémorable et attachant », explique Brad Winderbaum. « Taika a pensé à Jeff Goldblum, qui convenait parfaitement au rôle. Il a une bonne oreille, il est farfelu. Il est à la fois charismatique et hilarant. Il a très vite trouvé sa place dans cet univers. » « Le Grand Maître a une longue histoire », ajoute l’acteur à propos de cette première incursion dans un film de superhéros. « C’est l’un des anciens de l’univers. Mon frère, le Collectionneur (Benicio Del Toro), et moi sommes là depuis quasiment le Big Bang. Nous sommes plus que vieux, quasiment immortels. C’est pas génial, ça ? »

Sur Sakaar, Thor est capturé par Valkyrie, un autre nouveau personnage, interprété par Tessa Thompson (dont c’est également le premier film de superhéros). « Valkyrie est une chasseuse de primes, une baroudeuse au service du Grand Maître », explique-t-elle. « Elle lui ramène différents individus, notamment des combattants qui devront affronter le champion incontesté, Hulk, également capturé par Valkyrie. » « Nous cherchions une actrice qui soit aussi redoutable que Chris Hemsworth dans le rôle de Thor », poursuit Kevin Feige. « Cela fait des années que nous admirons le travail de Tessa, et notamment sa prestation dans CREED : L’HERITAGE DE ROCKY BALBOA. Nous sommes ravis de l’avoir convaincue de participer à l’aventure pour incarner l’autre grand rôle féminin du film. »

Hela a aussi un sbire, Skurge (Karl Urban). « C’est un personnage intéressant, qui doit faire face à un dilemme moral », remarque l’acteur. « Il choisit de vivre coûte que coûte. Dans les bandes dessinées, c’est souvent un méchant. Dans le film, il fait équipe avec Hela, l’incarnation même de la mort. En fait, il se prépare depuis longtemps à l’Apocalypse. Dès qu’Hela apparaît, il décide de s’allier à elle, par simple instinct de survie. C’est un homme perdu, en quête de reconnaissance. » « Skurge est l’un des personnages les plus intéressants du film en termes de parcours psychologique », conclut Taika. « Son cheminement est vraiment surprenant. »

Hela suite de ce dossier THOR : RAGNARÖK, quand sera-t-elle publiée sur ESI, vous demandez-vous ? Bientôt ! Bookmark and Share


Fantasy Attraction Arthur, l'aventure 4D
.