Star Wars, l’après-Solo : de l'Episode IX aux futures trilogies
Article Cinéma du Vendredi 20 Avril 2018

Une fois que Solo : A Star Wars Story sera sorti, le mois prochain, l’actualité Star Wars s’amenuisera quelques mois – un an, tout au plus. Si l’Episode IX est annoncé pour Noel 2019, les parcs Disneyland accueilleront Galaxy’s Edge – une zone thématique consacrée à la galaxie lointaine – dès l’été précédent. Et Lucasfilm prépare, en coulisses, une multitude de projets, à destination de tous types d’écran…

Par Pierre-Eric Salard



La fin d’une époque

La sortie de Solo précède la plus longue période d’attente, depuis 2015, séparant deux longs-métrages issus de la franchise. Pour la première fois en près de trois ans, aucun autre film n’est actuellement en postproduction, ni même en tournage. L’Épisode IX, dont les prises de vues devraient débuter au cours de l’été prochain, est ainsi annoncé pour le mois de décembre 2019. Rappelons toutefois que le réalisateur Colin Trevorrow (Jurassic World, The Book of Henry), qui a coécrit une première version du script de ce neuvième épisode avec Derek Connolly, a quitté la production, en septembre dernier, suite aux traditionnels «différends créatifs». Le décès de Carrie Fisher, en décembre 2016, avait précédemment provoqué une première réécriture du scénario. «Cela a été un véritable choc, et a changé les choses assez radicalement», déclarait Kathleen Kennedy, selon laquelle Leia devait avoir un rôle très important. Une apparition de Leia en images de synthèse étant d’emblée exclue, le script fut repensé de fond en comble… mais la mission de sauvetage mise en œuvre par Trevorrow ne semble pas avoir convaincu Kennedy. L’auteur Jack Thorne a été appelé à la rescousse en août 2017, mais cette intervention n’a qu’amplifié les désaccords entre le réalisateur et les dirigeants de Lucasfilm. J.J. Abrams s’est donc vu offert le poste. Celui qui a relancé Star Wars au cinéma a donc consacré une partie de ces derniers mois à l’écriture d’un nouveau script, en compagne de Chris Terrio (Argo, Justice League). «Je leur ai donné une sorte de résumé de l’endroit où j’ai laissé l’histoire [à la fin des Derniers Jedi] », raconte Rian Johnson. «Ils ont pris le relais pour raconter la leur. Je ne suis plus qu’un membre du public maintenant». Depuis la grande révélation de L’Empire contre-attaque («je suis ton père»), chaque épisode recontextualise ce qui s’est déroulé auparavant. «Cela fait partie du jeu», souligne Rian Johnson, qui s’est finalement retrouvé à écrire le second acte d’une histoire dont le début et la fin auront principalement été imaginés par J.J. Abrams.

Le retour des héros

La mort de Luke Skywalker n’empêchera pas forcément Mark Hamill d’apparaître. «Le fait que Luke soit passé dans un autre monde représente tout un autre domaine à explorer… s’ils choisissent de le faire dans le prochain film», poursuit Rian Johnson. Dans l’univers Star Wars, la mort n’est pas forcément une fin – quand on est un Jedi. Il est intéressant de noter que, chaque cinéaste apportant sa propre vision (cette trilogie n’ayant pas été écrite en amont du tournage du Réveil de la Force), certaines révélations des Derniers Jedi pourraient – éventuellement – s’avérer trompeuses. Ben Solo a-t-il dévoilé la véritable identité des parents de Rey ? «Tout est possible», souffle Rian Johnson. Notons toutefois que Daisy Ridley a déclaré que Rian Johnson et J.J. Abrams avaient imaginé, chacun de leur côté, que Rey serait la fille d’aucune personnalité connue de la galaxie. «C’est la chose la plus difficile qu’elle aurait pu entendre», rappelle Rian Johnson. En décembre dernier, J.J. Abrams a présenté l’histoire de l’Épisode IX à Bob Iger. Selon de récentes déclarations, le cinéaste semble avoir entendu les critiques émises à l’encontre de son Réveil de la Force. A savoir, une intrigue bien trop respectueuse, quasiment calquée sur Un Nouvel espoir (1977). Il a ainsi évoqué son désir d’explorer des perspectives inédites. Et peut-être, également, de jeter des ponts (thématiques) vers la prélogie, afin que la conclusion de cette trilogie marque également le terme d’une saga en neuf chapitres. Adam Driver (Ben Solo/Kylo Ren) prévient déjà que toutes les questions posées dans les deux précédents opus n’obtiendront pas forcément une réponse dans le dernier épisode. En ce début d’année, Daisy Ridley, Adam Driver, John Boyega, Oscar Isaac et Anthony Daniels (C-3PO) ont confirmé leur retour. Nous devrions connaître la liste complète des comédiens de l’Épisode IX en juin ou juillet prochain. John Williams, qui vient de fêter ses 86 ans, a d’ores et déjà annoncé sa participation. En ce mois d’avril, la cinéaste américaine Victoria Mahoney s’est vu offrir le poste de réalisateur de seconde équipe. La conclusion des aventures de Rey, Finn, Poe Dameron et Ben Solo marquera la fin de la première phase de l’ère Star Wars sous le régime des studios Disney.



Retour d’entre les morts

En ce printemps 2018, Lucasfilm n’a pas encore dévoilé le titre du long-métrage programmé pour 2020. Pourtant, au printemps 2017, Kathleen Kennedy a publiquement révélé que deux projets étaient en concurrence. Un choix devait être fait en juin. Originellement, il devait s’agir d’un film dérivé, «A Star Wars Story». Rappelons qu’un spin off consacré à Boba Fett et aux chasseurs de primes de la galaxie lointaine était en cours de préproduction, de 2014 à 2015, sous la direction de Josh Trank. Il est possible que ce projet soit redémarré pour une sortie en 2020. En août dernier, les revues hollywoodiennes ont également mentionné l’existence d’un projet de film consacré à Obi-Wan Kenobi, écrit et réalisé par Stephen Daldry (Billy Elliot, The Hours, «The Crown» ). Aucun contrat n’ayant encore été signé (à l’époque), nous ne savons pas si les discussions ont abouti. Ewan McGregor, lui, a effectivement l’âge de reprendre le rôle de Ben Kenobi lors de son exil sur Tatooine, alors que le chevalier Jedi veille sur un très jeune Luke Skywalker. Par le passé, le comédien a maintes fois évoqué son intérêt pour de telles retrouvailles avec le personnage précédemment incarné par Alec Guinness. Liam Neeson (Qui-Gon Jinn), quant à lui, affirme qu’il n’est au courant de rien. «Mais je sais que tout est possible dans l’univers Star Wars», ajoutait-il. «Je suis mort dans La Menace fantôme, mais nous savons que les Jedi peuvent revenir». Quoi qu’il en soit, ces projets restent à l’état de rumeurs. Il faudra patienter quelque temps avant de découvrir quelle surprise est réservée aux fans pour 2020. Au mieux, le tournage débutera au printemps ou à l’été 2019. Au pire, d’autres histoires pourraient prendre le pas sur les films estampillés «A Star Wars Story». Kathleen Kennedy a cependant déclaré qu’aucune suite n’est pour l’instant prévue pour la saga Skywalker. «Que faisons-nous de la saga ? Est-ce qu’elle s’étend plus loin que les neuf films envisagés par George Lucas ? » Lucasfilm et Disney comptent avant tout élargir l’univers Star Wars, en s’émancipant de la période décrite dans les films que nous connaissons tous. La chute des Jedi, l’essor de Palpatine, la guerre des clones, la tragédie des Skywalker, l’Empire, le Premier Ordre : ces événements se déroulent sur une cinquantaine d’années, dans des endroits spécifiques d’une immense galaxie. Les futurs auteurs de la franchise disposent de milliers d’années et d’autant de planètes pour créer de toutes nouvelles histoires.

Un nouveau commencement

C’est à cela que s’est récemment attelé Rian Johnson, dont le travail réalisé sur Les Derniers Jedi lui a permis d’obtenir la pleine confiance de Lucasfilm. L’entente entre les membres de la production de l’Épisode VIII s’étant avérée idéale, le cinéaste affirme qu’il souhaitait avant tout poursuivre cette collaboration avec Lucasfilm et Disney. «En fin de postproduction, nous nous sommes demandé : “Comment pouvons-nous continuer à travailler ensemble ? » Rian Johnson a donc proposé de discuter d’une toute nouvelle histoire racontée en trois films. «Mon discours était essentiellement : “Créons un tout nouveau groupe de personnage, un tout nouvel ensemble de circonstances, et allons explorer de nouveaux endroits. Créons une histoire mythique, émotionnelle et amusante sur trois films” ». Cette proposition a enthousiasmé Kathleen Kennedy, qui a rapidement donné carte blanche à son réalisateur. «Pour moi, ce qui est excitant dans cette nouvelle trilogie, c’est la notion d’ouverture», ajoute Rian Johnson. Celui qui, enfant, jouait avec des figurines Star Wars, se retrouve désormais à réinventer une nouvelle saga. Quitte à ce qu’il consacre la majeure partie d’une décennie sur ce projet ! «C’est un monde dans lequel je me sens très à l’aise», rappelle-t-il. «Et il n’y aucune limite. Nous pouvons tout imaginer ! » Le cinéaste, qui s’avoue très enthousiaste, n’a donné aucune indication concernant la période durant laquelle se déroulera son histoire. En décembre, il indiquait qu’il avait noté des «grappes d’histoires». Selon toute vraisemblance, il écrira et réalisera le premier volet. Aura-t-il le courage et l’énergie de mettre en scène les trois épisodes, à l’instar de George Lucas pour la prélogie ? Rien n’est moins sûr – surtout si Lucasfilm conserve le rythme de sortie d’un épisode tous les deux ans par série de films. À partir des règles intrinsèques de cet univers (la Force, le voyage spatial, etc.), Johnson va pouvoir imaginer des aventures inédites, autour de personnages originaux. Libérée des contraintes inhérentes aux anciens films, cette trilogie pourra s’émanciper du passé et ouvrir de nouveaux horizons pour la franchise. Soyons toutefois patients : en février 2018, Rian Johnson, tout juste libéré de la campagne promotionnelle de l’Épisode VIII, déclarait qu’il n’en était encore qu’à la phase où «tout est encore possible. Je n’en suis qu’au début du commencement». Or il n’est guère le seul dans cette situation…



L’hiver approche

A l’occasion d’une conférence dédiée aux actionnaires de Disney, début février, Bob Iger a annoncé la mise en œuvre d’une autre série de films, distincte de la saga Skywalker et de la trilogie de Rian Johnson. Disney achetant actuellement les studios 20th Century Fox pour une somme faramineuse, il s’agit avant tout de rassurer les actionnaires en leur donnant un aperçu de l’avenir des productions Disney… et en signant quelques noms célèbres. Et c’est ainsi que les créateurs de «Game of Thrones», David Benioff et D.B. Weiss, rejoindront les équipes de Lucasfilm, une fois que la diffusion de l’ultime saison sera terminée, au printemps 2019. Autant dire que, même si le projet aboutit, nous n’en verrons pas le résultat avant un certain nombre d’années ! Notons toutefois que Lucasfilm n’a fait mention ni d’un film autonome ni d’une trilogie : pour l’heure, il s’agit simplement d’une nouvelle saga. «Le talent de David et Dan pour créer des personnages complexes, une profondeur de narration et une mythologie riche va offrir un nouvel horizon pour la franchise, d’une manière que je trouve incroyablement captivante», déclare Kathleen Kennedy. Selon Bob Iger, David Benioff et D.B. Weiss n’ont jamais évoqué l’idée d’une série télévisée, mais bel et bien d’une série de films. Et ils semblent avoir un objectif précis. «Ils se concentrent sur un point précis de la chronologie Star Wars, et développent à partir de là», ajoute-t-il. Les créateurs de «Game of Thrones» vont-ils revenir sur un événement déjà connu par les fans, ou s’inspirer de l’ancien univers étendu ? Il n’est pas impossible que l’époque de l’Ancienne République, très appréciée par les aficionados, ait obtenu leur intérêt. Plusieurs jeux vidéo, romans et comics ont, par le passé, exploré cette période – soit quatre millénaires avant la naissance de Luke Skywalker. Il est malheureusement probable que nous n’en saurons pas davantage avant quelques années. D’ici là, Ron Howard, J.J. Abrams et Rian Johnson nous auront déjà invités à retourner plusieurs fois dans la galaxie lointaine. Selon des sources bien informées, d’autres cinéastes auraient déjà signé avec Lucasfilm pour écrire ou mettre en scène d’autres longs-métrages. Dont des femmes, ce qui serait une première en plus de quarante ans – la scénariste Leigh Brackett ayant été la seule femme à avoir participé à l’écriture d’un film (L’Empire contre-attaque). Le nom d’Ava DuVernay (Un raccourci dans le temps, produit par Disney) revient d’ailleurs souvent (elle a toutefois écarté l’idée), ainsi que celui de Reed Morano («La Servante écarlate»). Cette dernière s’est d’ailleurs entretenue avec Kathleen Kennedy. Quelques réalisateurs ont également évoqué leur intérêt, tels que Dennis Villeneuve (Blade Runner 2049), déjà bien occupé par Dune, et Taika Waititi (Thor Ragnarok). Des vœux toujours accompagnés d’une seule requête : une liberté totale. Celle qu’a obtenue Rian Johnson. Mais les licenciements successifs de Josh Trank, Chris Miller, Phil Lord et Colin Trevorrow ont alimenté la méfiance d’un nombre croissant de personnes. Ainsi Duncan Jones (Moon, Warcraft) et David Fincher repoussent toute idée de collaboration avec Lucasfilm.



Dans la petite lucarne

Si Lucasfilm semble avoir avancé ses pions pour la seconde phase de la renaissance de Star Wars sur le grand écran, la société n’a pas, pour autant, oublié le petit. Bob Iger a annoncé que plusieurs séries Star Wars étaient en cours de développement. «Je pense que vous trouverez que le niveau de talent, dans le domaine de la télévision, est assez considérable». Et c’est à Jon Favreau, le réalisateur d’Iron Man et de la prochaine adaptation du Roi Lion, qu’a été confiée la supervision de la première série en prises en vues réelles. Notons que Favreau n’est pas étranger à l’univers Star Wars ; il a notamment prêté sa voix à un personnage de la série d’animation The Clone Wars, Pre Vizsla (voir la vidéo, ci-dessus), avant d’incarner – doubler - l’extraterrestre Rio Durant dans Solo : A Star Wars Story. L’idée est de promouvoir un service de streaming/SVOD, qui viendra concurrencer Netflix et Amazon Prime à partir de la fin 2019 aux États-Unis (2020 pour le reste du monde). D’autres séries – en prises de vues réelles comme en animation — viendront compléter ultérieurement l’offre, dans une optique proche des séries Marvel sur Netflix (les œuvres étant proposées à quelques mois d’écart, les unes des autres). Le budget octroyé pour chaque saison (de dix épisodes) se situerait dans une fourchette de 25 à 35 millions de dollars. Mais Disney serait prêt à investir 100 millions pour une série événementielle – soit le coût de la dernière saison de «Game of Thrones». Bob Iger n’a pas précisé si l’un de ces projets reprendra la cinquantaine de scripts écrits pour «Underworld», une série développée par George Lucas entre 2005 et 2010, mais qui n’a jamais pu voir le jour à cause de coûts de production prohibitifs. Notons également que la série «Star Wars Rebels», réalisée par Lucasfilm Animation, a conclu, en ce printemps, sa quatrième et ultime saison. Son successeur (probable) pourrait donc rejoindre le futur réseau développé par Disney. Sans oublier les projets en réalité virtuelle ou augmentée produits par ILMxLAB, ou les jeux vidéo à gros budgets publiés par Electronic Arts (un tout nouveau jeu devrait être proposé pour les fêtes de fin d’année 2019). Nul doute que la prochaine décennie sera marquée par la franchise Star Wars. Peu importe les supports : cinéma, série, jeux vidéo, expériences en réalité virtuelle, aucun médium narratif n’échappera à la franchise initiée il y a 41 ans. Reste, pour Lucasfilm, à trouver le parfait équilibre afin que la saga reste un événement à part entière. Cela restera le plus grand défi des années à venir. Comme le déclare Han Solo dans le prochain film : «J’ai bien cru qu’on était cuits, mais c’est bon. Tout va bien ! »



Sources : StarWars.com, Variety, The Hollywood Reporter, Entertainment Weekly, Comingsoon.net, SlashFilm, TheForce.net, StarWars-Universe.com, io9, Star Wars Insider, Syfy.com, ABC… Bookmark and Share


.