Avant-première : The Lovely Bones – Le prochain film de Peter Jackson
Article Cinéma du Mardi 26 Mai 2009

Près de cinq ans après King Kong, Peter Jackson retourne enfin derrière les caméras pour mettre en scène The Lovely Bones, adaptation du roman d'Alice Sebold La Nostalgie de l'Ange. En transposant ce récit fantastique, Jackson dispose de nombreux atouts pour signer un film événement, riche d’émotions et de suspense. De nombreux fans attendent déjà avec impatience, même si sa sortie n’est prévue qu’en…janvier 2010 !

Par Pierre-Eric Salard

Publié en 2002, The Lovely Bones raconte la tragédie vécue par une adolescente de quatorze ans. En 1973, Susie est brutalement violée, assassinée et démembrée par un tueur en série qui n’est autre qu’un voisin. Après avoir soigneusement effacé les traces de son forfait, le criminel réussit à échapper à la police. Accablée de chagrin, la famille de Susie implose. Alors que son père remue ciel et terre pour retrouver l'assassin, sa mère s'enfonce dans une spirale destructrice afin de s’éloigner des siens. Or, depuis l’au-delà, du haut de son nuage, Susie observe ses proches et veille sur eux. Elle assiste ainsi aux nombreuses répercussions de son décès et voit à quel point sa famille et ses amis peinent à reprendre une vie normale. Il lui arrive aussi d’éprouver de la colère et de la frustration en les voyant faire certains choix malheureux ! Puis Susie se met à épier les faits et gestes de son assassin, car elle devine qu’il s'apprête à tuer à nouveau...

La violence ordinaire

Dès sa publication, le roman reçoit d'excellentes critiques et, à la surprise générale, devient instantanément un best-seller. « Après tout, il ne s'agissait que du second livre d'une jeune romancière », explique Alice Sebold. « S'il s'était vendu à 20 000 exemplaires, cela aurait été considéré comme un succès. Mais on en a vendu plus d'un million d'exemplaires ! » Bien qu'elle le réfute, le livre pourrait être inspiré d’une moment tragique de sa vie : un viol dont elle a été victime à l'université, et dont son premier roman, Lucky, racontait d'ailleurs les conséquences. « Lorsque vous avez subi un viol, les gens pensent que tout ce que vous faites équivaut à une thérapie », s'indigne-t-elle. « Ce n'est pas forcément le cas ! Si les lecteurs interprètent les choses à leur façon, je ne peux rien y faire. J'ai voulu écrire sur la violence car je crois que c'est un aspect ordinaire de la vie. L'intolérance, la violence et la tragédie sont liées à nos existences et affectent nombre d'entre nous. Mais The Lovely Bones est surtout un livre sur la foi et l'espoir. Il s'agit de thèmes universels ! Contrairement à ce qu'affirment certains croyants, ce n'est pas non plus un livre sur la religion. Le paradis de Susie est d'ailleurs vierge de symboles religieux. Je ne cherche pas à imposer ma vision de la mort et du paradis. Je raconte simplement une histoire... »?

Un univers réaliste

Deux ans avant la publication du roman, en mai 2000, le productrice Aimee Peyronnet (Le Cinquième Élément) découvre l'existence du manuscrit d'Alice Sebold, alors inachevé. Elle en parle aux dirigeants de Film4, la société de production de la chaîne anglaise Channel 4, qui décident d'acquérir les droits d'adaptation cinématographique du futur roman. En février 2001, Lynne Ramsay (Ratcatcher) est contactée afin d'écrire et réaliser l'adaptation. Mais en juillet 2002, quelques semaines seulement après la publication du livre, Channel 4 dissout sa filiale Film4. Les producteurs et les studios hollywoodiens se lancent alors dans une surenchère d’offres financières afin de récupérer les droits d'adaptation. En avril 2004, Peter Jackson s'intéresse à son tour à The Lovely Bones. « La lecture de ce livre n'est comparable à aucune autre », explique-t-il. « C'est une histoire incroyablement puissante. Comme tous les bons récits fantastiques, elle s'inscrit dans un univers cohérent. Et je ne veux pas que le ton ou l'ambiance du film diffèrent du roman ! ». Jackson décide d’écrire et de réaliser lui-même l'adaptation de ce roman qu'il a adoré. Tout juste auréolé du succès de la trilogie du Seigneur des Anneaux, il parvient à convaincre les ayant-droits de lui offrir cette opportunité. En 2005, alors que King Kong vient de sortir en salles, il achète lui-même les droits du roman. En compagnie de ses co-scénaristes attitrées, Fran Walsh et Philippa Boyens, Peter Jackson entame l'écriture du scénario en janvier 2006...

La recette d'une adaptation réussie

Dès le départ, Peter Jackson cerne le principal défi de cette adaptation : la transposition des scènes où Susie se trouve au Paradis. « Il faut absolument que ces séquences restent inscrites dans un contexte émotionnel », précise le réalisateur. « Elles ne doivent surtout pas paraître artificielles ! » Après avoir travaillé sur les scénarii du Seigneur des Anneaux et de King Kong, Jackson connaît bien le processus de création d’une adaptation. « D'un côté, vous avez l'esprit d'un roman, son essence. De l'autre, vous avez sa structure,qui s’égrène page après page. Un livre est structuré d'une manière qui correspond à cet art. Mais l'architecture d'un film doit être différente, tout simplement parce que la littérature et le cinéma n'utilisent pas le même langage. Ma version du Seigneur des Anneaux, par exemple, est très, très différente des livres de J.R.R. Tolkien. Pour signer une bonne adaptation, il faut réussir à modifier la structure tout en conservant l'essence du roman original. C'est ce que nous nous employons à faire sur The Lovely Bones ». Un premier traitement est prêt au printemps 2006. En septembre, un script de 120 pages est terminé. En avril 2007, Peter Jackson se lance à la recherche d'un partenaire financier capable de fournir les 65 millions de dollars du budget prévisionnel. Une ultime version du scénario est donc proposée à plusieurs studios. New Line est immédiatement écarté des négociations : le réalisateur est alors en conflit avec le studio à propos des royalties de la trilogie du Seigneur des Anneaux ! Plusieurs studios se montrent intéressés, dont Dreamworks, Warner Bros, Universal, United Artists et Columbia Pictures. The Lovely Bones est finalement vendu à Dreamworks pour 70 millions de dollars. Le casting du film peut commencer...

Un récit tragique

Peter Jackson attribue le rôle complexe de Susie à une jeune actrice, Saoirse Ronan (Reviens-moi, La Cité de L'Ombre). « C'est une chance incroyable », raconte l'actrice. « Peter souhaite tourner le film d'une manière foncièrement originale. L'histoire sera montrée à travers le regard d'un enfant – un peu comme dans Reviens-moi, je crois. Le Paradis sortira tout droit de l'imagination de Susie. Cela promet d'être magnifique ! J'ai vraiment hâte de tourner les scènes qui se déroulent dans l'au-delà... » Alors qu'Helen Hunt (Twister) est un temps considérée pour le rôle de la mère de Susie, Abigail Salmon, c'est finalement Rachel Weisz (The Fountain) qui est sélectionnée. Stanley Tucci (Le Terminal) obtient le terrible rôle de George Harvey, le meurtrier, alors que Susan Sarandon se voit proposer celui de la grand-mère de Susie, Lynn. « Au milieu de ce récit tragique, mon personnage représente en quelque sorte la caution humoristique du film », précise la comédienne. « J'ai vraiment apprécié le roman The Lovely Bones, que j'ai lu il y a plusieurs années. Je pense que notre adaptation aura plus d'un point commun avec une oeuvre que j'adore : Créatures Célestes, un des précédents films de Peter Jackson. C'est un honneur de pouvoir travailler avec lui. J'ai hâte de voir les séquences se déroulant au Paradis, car ces chapitres du livre m'ont transportés ». L'auteur du roman, Alice Sebold, a vécu avec satisfaction cette phase de la production du film. « De nombreux voisins de mon enfance, dont le jardinier de mes parents, se sont présentés pour le casting des figurants ! », s'amuse-t-elle.

Accident de parcours

Enfin, Ryan Gosling (Stay) obtient le rôle du père de Susie, Jack Salmon. Pour les besoins du film, il prend une dizaine de kilos et se laisse pousser la barbe. Mais à quelques jours du tournage, en octobre 2007, il se désiste. « Je n'avais pas le même âge que mon personnage », explique l'acteur. « Cela m'a posé problème, dès le départ. Avec Peter, nous avons essayé de passer outre, mais la mission s'est avérée impossible. Je crois que le film sera bien meilleur sans moi ». En clair, un des célèbres « désaccords créatifs », chers à Hollywood, vient de mettre en danger le tournage. « C'est dommage, nous avions pu répéter avec Ryan pendant quelques semaines », regrette Susan Sarandon. Le rôle est alors offert à Mark Wahlberg (Les Infiltrés, Max Payne). Alors qu'il vient tout juste de terminer le tournage de Phénomènes, l'acteur accepte avec enthousiasme la proposition. « C'est une drôle de coïncidence », confie Peter Jackson. « A l'origine, Mark était l'un de mes premiers choix pour ce personnage ! (rires) » Wahlberg semble ravi d'obtenir le rôle à la dernière minute. « Mon arrivée tardive dans le projet ne m'a pas posé de problème », confie-t-il. « J'étais plutôt inquiet à propos du sujet du film. Mon personnage traverse une période vraiment difficile ! Mais la perspective de travailler avec Peter était une opportunité que je ne pouvais pas rater. J'ai toujours voulu mettre en scène un film. Mon apprentissage auprès de ce cinéaste légendaire s'est avéré passionnant. Ce fut l'expérience la plus gratifiante de ma carrière ! »

Le Paradis des émotions

Le tournage du film débute en octobre 2007 en Pennsylvanie. C’est là que sont filmées les scènes qui se déroulent dans le monde réel. Après six semaines de tournage, la production déménage pour la Nouvelle-Zélande. Peter Jackson y tourne les séquences du Paradis avec Saoirse Ronan. Lorsque le tournage du film se termine, début 2008, les équipes de post-production de Weta Digital (King Kong) prennent le relais. « Peter veut que ce monde de l'au-delà reflète les sentiments de Susie », confie Saoirse Ronan. « Lorsqu'elle est heureuse, le Paradis baigne dans le soleil. Mais si Susie est triste, elle se retrouve sous une pluie torrentielle ou au beau milieu d'un océan. Elle doit apprendre à contrôler ses émotions et accepter le fait qu'elle ne pourra plus jamais rejoindre ses proches ». Mais The Lovely Bones n'est pas qu'un simple drame. « Ce film ne se limite pas à la tragédie », ajoute la jeune comédienne. « Cela peut paraître paradoxal, mais c'est aussi un film amusant ! Si certaines séquences vous feront pleurer, d'autres vous feront rires aux éclats ! » Notons que Brian Eno (U2, Genesis) composera la musique du film. Son nom a été suggéré à Peter Jackson par sa femme, Fran Walsh, grande amatrice de l'oeuvre du musicien, compositeur et producteur ! Prévu pour le 27 janvier 2010 en France, The Lovely Bones risque bien d'attiser la curiosité de tous les publics, fantasticophiles ou non... ainsi que celle de leurs anges gardiens !

[En discuter sur le forum]
Bookmark and Share


.