La Momie 3 : Entretien avec Maria Bello (Evelyn Carnahan O’Connell)
Article Cinéma du Lundi 01 Septembre 2008

Propos recueillis et traduits par Pascal Pinteau

Comment le tournage se passe-t’il ?

Très bien. Comme vous le voyez, je n’ai pas eu le temps de changer de costume. C’est cet ensemble que je porte dans la première scène où j’apparais. Nous l’avons tournée ce matin.

Vous êtes pourtant à Montréal depuis un bon moment…

Oui. Je me suis entraînée depuis mai 2007 et le tournage à commencé en juillet, c’est à dire depuis deux mois. C’est le tournage le plus long auquel j’aie jamais participé.

Ce film est très différent de ceux dans lesquels on a pu vous voir jusqu’à présent. On vous a probablement offert souvent des rôles dans des blockbusters…Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter aujourd’hui de tourner dans ce film d’aventures, et à affronter des hordes de monstres ?

En fait, figurez-vous qu’on ne m’a jamais proposé des rôles comme celui d’Evelyn O’Connell auparavant, justement parce que je n’ai jamais participé à des films d’aventures. J’en étais navrée, d’ailleurs, car j’ai toujours adoré les récits d’action avec une petite touche de romance. Quand j’étais petite, je lisais souvent les romans que ma mère empruntait à la bibliothèque. L’un d’entre eux racontait l’histoire d’une fille qui se faisait passer pour un garçon pour être engagée comme mousse sur un bateau. Une fois arrivée en pleine mer, elle se rendait compte qu’il s’agissait d’un vaisseau pirate. Elle était découverte, mais le capitaine tombait amoureux d’elle ! (rires). Plus tard, j’ai été fascinée par Les aventuriers de l’arche perdue. C’était mon film préféré. J’ai suivi des cours de comédie et suis devenue actrice pour devenir Indiana Jones…mais le rôle était déjà pris ! (rires) Ma carrière n’a pas évolué exactement comme je le prévoyais et j’ai joué beaucoup de rôles dramatiques, que j’ai adorés, au lieu de devenir une spécialiste des films d’action. Mais pendant toutes ces années, j’ai continué à espérer qu’on me proposerait un grand film d’aventures un de ces jours. Quand j’ai reçu ce script, j’étais aux anges. J’ai tout de suite dit que j’étais partante ! Finalement, à 40 ans, mon rêve se réalise enfin ! Je suis vraiment ravie d’être ici.

Vous vous êtes déjà familiarisée avec les arts martiaux auparavant…

Oui. J’avais suivi des cours de Kickboxing pour un film, et actuellement je pratique le Wushu, et plus précisément l’art chinois du maniement de sabre. C’est une discipline très élégante. Je continue à pratiquer le Kickboxing et je me suis aussi entraînée à être suspendue à des câbles pour effectuer certains mouvements. J’exécute des acrobaties assez étonnantes dans le film. C’est fantastique de pouvoir faire ce genre de choses. Tout me plaît ! Les scènes de fusillades aussi, qui sont formidablement amusantes à tourner. Le seul problème, c’est qu’une munition éjectée de mon arme est venue me frapper le visage l’autre jour, et que je me suis retrouvée avec un œil au beurre noir ! Quand on me demandait ce qui m’était arrivé, j’adorais répondre que c’était un petit accident de tir ! Je trouvais ça très sexy. (rires) Mais en dehors de cette mésaventure, tout s’est bien passé !

Votre personnage est-il toujours celui d’une femme d’action, pleine de ressources, toujours prête à se battre, comme dans les deux premiers épisodes ?

J’ai imaginé une interprétation un peu différente d’Evelyn, vous vous découvrirez dans les salles. Je ne peux pas vous en dire plus !

Vous nous disiez avant combien vous aviez envie de tourner des films d’action. Avez-vous été surprise que Rob Cohen pense à vous pour reprendre le rôle d’Evelyn ?

J’ai été absolument stupéfaite. Je n’arrivais pas à y croire ! Rob Cohen m’a proposé de le rencontrer dans un restaurant. Nous nous sommes assis et nous n’avons pas arrêté de parler pendant deux heures. Rob est passionné par ce projet et a mis au point une conception visuelle époustouflante, comme vous avez pu le voir en découvrant les storyboards du film et les dessins du département artistique. Ces images sont magnifiques. Sa vision du film m’a vraiment transportée ailleurs et a achevé de me convaincre de jouer ce rôle.

Vous n’aviez pas de réticence à reprendre un rôle incarné auparavant par une autre actrice ?

Je suis vraiment contente d’avoir l’occasion de créer ma propre version de ce personnage.

Vous portez un bijou égyptien sur la veste de votre tailleur. Est-ce pour établir un lien avec les deux premiers épisodes ?

C’est un authentique bijou égyptien, en effet. Quant à savoir s’il crée un lien avec les épisodes précédents…vous le saurez en voyant le film ! Nous vous réservons quelques surprises…

Comment s’est passé le tournage de la scène du pont suspendu qui mène à l’entrée de Shangri-la ? Vous êtes-vous bien amusée ?

Oui, mais il faisait plus de 40 degrés , et nous portions des costumes épais doublés de fourrure ! Nous transpirions tellement que les flocons de fausse neige restaient collés sur nos visages ! (rires) On avait glissé des poches de glace dans les costumes des garçons pour leur éviter d’avoir trop chaud et de se déshydrater trop vite pendant les scènes d’action. Malheureusement, mon costume était trop fin pour l’on puisse y glisser des poches réfrigérantes. Mon fils de 6 ans était présent à ce moment-là. Rob Cohen l’a laissé diriger la scène et dire « Action » et « Coupez ! » dans le mégaphone. Il était très fier d’avoir cet honneur. Et assez étonné de voir sa mère faire semblant de se battre au milieu des montagnes de l’Himalaya ! Je crois que j’ai perdu 2,5 kg ce jour-là ! (rires)

Vous tournez apparemment beaucoup de scènes d’action vous-même…

Oui, nous devons en filmer une autre un peu plus tard dans la semaine. Et je vais en tourner plusieurs quand nous nous rendrons en Chine. J’ai aussi tourné une scène de combat, suspendue aux câbles, dans un des décors construits ici.

Quelle impression tirez-vous de ce tournage d’un pur divertissement, à l’opposé des films d’auteurs dans lesquels on vous voit habituellement ?

C’est tellement agréable que j’ai l’impression de profiter d’une récréation ! C’est d’autant plus sympathique que je viens de tourner deux films dramatiques. Le premier s’appelle The Yellow Handkerchief avec Bill Hurt, et le second Downloading MC, avec Jason Patrick. Quand j’ai lu le script de la Momie 3, ce récit d’aventure m’a paru si dynamique et si pimpant qu’il a été comme une bouffée de fraîcheur. J’ai reçu un autre script dramatique la semaine dernière, et je n’ai pas pu aller jusqu’au bout. C’était trop déprimant. Je suis arrivée à un moment de ma vie où je n’ai plus envie de baigner dans des ambiances trop lourdes. J’ai envie de prendre du bon temps et de m’amuser, et La tombe de l’empereur dragon est arrivé à point nommé. Je retournerai peut-être plus tard aux films d’auteurs, aux thrillers et aux drames, mais pas tout de suite. J’ai envie de choses légères et d’émotions positives, qui apportent du plaisir aux gens.

John Hannah nous disait qu’il avait quelquefois du mal à s’adapter au registre comique du film, qui était très différent des rôles sérieux qu’il incarne habituellement…

Vraiment ? C’est étonnant. Pour moi, c’est un pur plaisir ! Tous les matins, je suis ravie d’aller travailler sur ce film ! Le seul point négatif, c’est le fait que je ne puisse voir mon fils que toutes les deux semaines quand je suis au Canada, et toutes les trois semaines quand je serai en Chine. C’est très dur pour moi. Ça a été une décision très dure à prendre. L’autre jour, j’étais avec lui pour son premier jour d’école. Il m’a dit « Maman, j’ai envie que tu restes avec moi. Pourquoi as-tu accepté de tourner dans La momie ? ». Je lui ai alors expliqué « D’abord, parce que le fait de travailler me permet de t’envoyer dans cette super école où tu apprendras bien, et ensuite, parce que tourner dans un film comme celui-là est un de mes rêves les plus chers depuis toujours. » Je crois que c’est important pour lui de savoir que sa mère fait quelque chose qu’elle adore, même si cela requiert quelques sacrifices. J’espère que cela lui donnera envie d’en faire autant quand il sera grand, et qu’il aura lui aussi des rêves à réaliser.

Il sera probablement très heureux de découvrir le film en votre compagnie, le soir de la première !

Oh moi aussi. Je serai fière qu’il puisse voir sa mère se comporter comme une héroïne, et qu’il découvre toutes ces scènes spectaculaires avec Brendan, Luke, et l’armée des soldats. Il viendra en Chine pendant deux semaines avec moi, et il aura donc l’occasion d’assister au tournage des principales scènes de combat avec les soldats de l’empereur.

La tombe de l’empereur dragon sortira après Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal… Est-ce que cela vous inquiète un peu, ou êtes-vous sereine ?

Indy 4 sortira deux mois avant nous…Donc, je ne pense pas qu’il y aura la moindre interférence. Il y a tellement de gens qui aiment l’action et l’aventure…Ils iront certainement voir les deux films.

Le film se déroule pendant la seconde moitié des années 40. Est-ce une époque dont vous aimez le style architectural, les costumes ?

J’adore cette époque. Les costumes que je porte dans le film sont superbes, et je suis heureuse d’être habillée de manière si élégante. C’est justement le style des années 30/40 que je choisis la plupart du temps quand je dois porter une robe élégante pour assister à une soirée ou à une manifestation officielle. Quand on revêt ce genre de tenue, on se sent plus confiante, plus sophistiquée, plus forte.

Avez-vous eu un peu de mal à vous accoutumer au tournage sur fond vert ?

Non, pas vraiment. Il suffit d’utiliser son imagination pour voir le Yéti quand on nous indique qu’il est là. Le plus dur, c’est de garder son sérieux quand on regarde un machiniste agiter une tige au bout de laquelle se trouve une assiette en plastique décorée de deux yeux et d’un sourire. On n’a pas vraiment peur quand le Yéti n’est représenté que par cet accessoire !

Appréciez-vous de jouer dans des décors comme ceux de Shangri-là ?

Oh oui. Ce sont les plus beaux décors que j’aie vu de ma vie. Ils sont superbes. Hier, j’ai demandé au producteur combien de personnes travaillent en ce moment sur les décors, au Canada et en Chine. Il m’a répondu « 2000 ». Deux mille personnes ! Vous vous rendez compte ?

L’alchimie entre vous et Brendan est très importante dans le film. A quel moment l’avez-vous rencontré pour la première fois, pour vous rendre compte si vous alliez bien vous entendre avec lui ?

Je suis venue le rencontrer avant d’être engagée, afin de faire connaissance avec lui. Nous avons tellement ri pendant ce premier rendez-vous que nous n’avons pas eu de doutes sur le fait que nous allions bien nous entendre. Brendan est très décontracté et très drôle. Il aime beaucoup improviser et moi aussi. Quand nous jouons, nous aimons nous lancer mutuellement des plaisanteries et y répliquer.

Vous êtes-vous fait des farces pendant le tournage ?

Pas vraiment, mais Isabella Leong nous a appris à jurer en chinois, et Luke est un spécialiste des surnoms égrillards que je ne peux même pas vous répéter ici !
[En discuter sur le forum]
Bookmark and Share


.