<
 
.

LE HOBBIT : Entretien exclusif avec John Howe, illustrateur et dessinateur conceptuel
Article Cinéma du Dimanche 06 Janvier 2013

[Retrouvez tous nos dossiers consacrés au Hobbit !]


Artiste majeur de la Fantasy, John Howe est avec Alan Lee l’un des plus grands illustrateurs de l’œuvre de Tolkien. Peter Jackson avait déjà fait appel à ce formidable tandem pour réaliser les illustrations préparatoires et les designs de la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX. Cette équipe gagnante a été réunie à nouveau pour l’aventure du HOBBIT, que John Howe nous a racontée…

Propos recueillis et traduits par Pascal Pinteau



John, pouvez-vous nous décrire le travail que vous avez réalisé et continuez à produire pour la trilogie du Hobbit ? Quel est, étape par étape, le processus de votre collaboration avec Peter Jackson, avec le chef décorateur Dan Hennah et le superviseur des effets spéciaux Richard Taylor quand vous abordez par exemple l'environnement des cités elfiques ou le design du repaire des Gobelins ?


Généralement, nous commençons à imaginer l’aspect d’un environnement spécifique quand Peter nous le décrit en termes généraux, en nous expliquant comment il le visualise, quelle atmosphère il aimerait créer dans cet endroit, et quelle impression il devrait produire sur le spectateur. Ensuite nous retournons à nos planches à dessin et réalisons des esquisses. Une fois que nous avons saisi comment représenter la culture ethnique de ce peuple dans ce lieu, les réunions suivantes avec Peter nous permettent d’affiner les choses, et de décider également quelles parties de ces environnements devraient être construites sous la forme de décors. Après que ces décors aient été fabriqués et accessoirisés, et que les scènes prévues aient été tournées dedans, nous revenons sur ce travail afin de finir la construction des environnements complets – les extensions de décors, les perspectives en contrechamp, les plans très larges – qui seront modélisés et construits en images de synthèse.

Comment avez-vous retravaillé les environnements de Rivendell et de la maison de Bilbon, Bag End, que nous avions vus dans la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX ?

Revenir à Rivendell et dans la maison de Bag End signifiait qu’il fallait que nous respections ce que les spectateurs avaient déjà vu, tout en tenant compte du fait que l’action de cette trilogie se déroule 60 ans avant celle du SEIGNEUR DES ANNEAUX. Je dois dire que voir les vieux décors usés et passablement décrépits de Bag End sortir des hangars où ils avaient été stockés afin d’être reconstruits à neuf a été un moment assez émouvant. Mais comme dans un vrai lieu, il y a toujours des endroits que vous n’avez pas vus et que vous découvrez seulement pendant la seconde visite, nous avons décidé de faire de même avec Bag End. Nous avons tiré parti de cette opportunité pour réinventer ces éléments-là et découvrir de nouvelles pièces et de nouveaux accessoires.

Est-ce que la manière de travailler a un peu changé entre LE SEIGNEUR DES ANNEAUX et LE HOBBIT  ?

La technologie numérique a considérablement progressé depuis LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, ce qui est sensationnel pour nous, parce que nous avons toujours tendance à rêver sans contraintes et à imaginer de ce fait des environnements qui sont impossibles à construire réellement, tout particulièrement quand nous songeons à la Terre du Milieu. De plus, il a fallu tenir compte des différences techniques que constituent le tournage à 48 images/seconde et l’emploi de la 3-D Relief. Malgré tout, une chose n’a pas changé : la narration reste la partie la plus importante d’un film, quels que soient les progrès des techniques que l’on utilise.

Quelle est la dynamique du travail en tandem avec Alan Lee ?Comment vous répartissez-vous les tâches ? Travaillez-vous quelquefois séparément, et quelquefois ensemble sur des designs ?

En général, nous travaillons chacun sur les mêmes thèmes jusqu’au moment où Peter se sent en mesure de décider quelles sont les options qu’il préfère et qu’il souhaite développer. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un mélange d’éléments qui viennent de nos deux approches. Naturellement, nous avons chacun poursuivi, élaboré plus en détail et affiné les designs des endroits que nous avions eu la responsabilité de créer séparément dans LE SEIGNEUR DES ANNEAUX. Mais une fois que l’action du HOBBIT se déroule dans la nature et dans des endroits nouveaux, nous reprenons notre fonctionnement habituel. En fin de compte, on trouve des éléments dessinés par Alan et par moi dans chacun des lieux que l’on découvre pendant le voyage du HOBBIT. Quand la production des films était lancée à pleine vitesse, l’un d’entre nous prenait la responsabilité de superviser un environnement complet pendant que l’autre se penchait sur une autre tâche, simplement parce qu’il y avait une telle quantité de travail à accomplir que c’était la seule solution possible pour avancer sans prendre de retard.



Quels sont les éléments de ce premier épisode qui ont été les plus difficiles à finaliser en termes de design ? Vous pouvez citer plusieurs exemples de décors et d'accessoires si vous le souhaitez…

Certains éléments peuvent surgir d’une simple esquisse et se retrouver presque immédiatement après dans une scène, pour ainsi dire ! D’autres mettent beaucoup plus de temps à prendre forme. La plus grande partie du processus auquel nous participons consiste à aider Peter à affiner ses idées, à lui permettre de les laisser mûrir, et à construire un monde dans lequel il se sentira non seulement à l’aise, mais aussi dans lequel il aura l’impression d’avoir déjà ses points de repères. Quand nous arrivons à ce stade, Peter peut imaginer qu’il se trouve réellement dans ce lieu. Il est alors en mesure de le présenter de manière sensationnelle au public, afin de provoquer chez le spectateur la même sensation d’émerveillement que l’on ressent quand on découvre un pays exotique très lointain. Même si dans ce cas, cette « lointaine contrée » était bien souvent représentée par deux ou trois petits décors, et beaucoup d’écrans verts et d’extensions numériques !

Une fois que vos designs sont validés par Peter Jackson, comment "accompagnez-vous" ces concepts jusqu'à la réalisation finale du décor ou de l'accessoire en question ? Faites-vous des demandes de retouches ? Intervenez-vous personnellement sur des maquettes ou des sculptures ?

Nous faisons de notre mieux pour aider nos collègues du service de décoration, en leur donnant de nouvelles esquisses plus affinées, si besoin est avec de nouveaux détails, au moment où les décors et les accessoires sont construits. Il est souvent difficile d’imaginer à l’avance tous les petites éléments d’un décor qui peut être extrêmement complexe, de la construction jusqu’à l’accessoirisation. Bien souvent, nous faisons de notre mieux pour ajouter des petites touches aux décors, ça et là, tout en veillant à ne gêner aucunement le travail des équipes de construction. Il faut également garder bien à l’esprit ce que sera l’aspect final de cet environnement, étant donné que la plus grande partie d’une scène ou d’un décor ne prendra sa forme complète que plusieurs mois après, pendant la postproduction… De même, nous avons contribué à modifier l’aspect de certains décors pour les aider à mieux s’adapter à l’environnement réel qui les entourait, quand ils étaient construits dans des paysages naturels.

Au début, LE HOBBIT devait être raconté en deux films, puis le projet de diptyque est devenu une trilogie. Qu'est-ce que cela a changé dans votre travail depuis que cette décision a été annoncée ?

Passer de deux à trois films a changé relativement peu de choses du point de vue du design, car Bilbon et les nains font toujours le même voyage ! De ce fait, il n’y a pas d’endroits nouveaux qui ont été ajoutés à ceux qui jalonnent cette aventure. Naturellement, il y a maintenant un plus grand nombre de plans, ce qui génèrera beaucoup plus de travail pour les équipes chargées des effets visuels et de la postproduction.

Pouvez-vous nous donner une idée approximative du nombre de dessins que vous avez réalisés pour la trilogie jusqu'à présent, et que vous avez encore à faire pour préparer le reste du tournage?

Je suis certain que Alan et moi avons fait chacun plus de 3000 dessins et peintures, à la fois au crayon, et à la palette graphique, en pixels. Nous travaillons sur LE HOBBIT depuis plus de trois ans déjà, et ce n’est pas fini !



Pour en savoir plus sur la carrière de John Howe et découvrir ses dessins et peintures, lisez le premier entretien qu’il nous avait accordé, et visitez son blog.

[En discuter sur le forum]
Bookmark and Share


Fantasy Attraction Arthur, l'aventure 4D
.