<
 
.

Visions du futur : Star Wars IX et la quatrième trilogie
Article Cinéma du Vendredi 10 Novembre 2017

Après avoir abordé la production de l’Episode VIII, réalisé par Rian Johnson, nous vous proposons de faire un bond dans l’avenir, en découvrant les premières informations concernant l’Episode IX et la trilogie suivante, puis un saut dans le passé, en retraçant les premières idées évoquées par George Lucas pour les Episodes VII à XII – tel qu’ils étaient envisagés il y a près de quatre décennies…

Par Pierre-Eric Salard

A l’été 2015, J.J. Abrams supervise la post-production de l’Episode VII, dont la promotion bat son plein. Rian Johnson prépare le tournage des premières scènes du huitième épisode. Et Lucasfilm, sous l’égide de Kathleen Kennedy, initie la pré-production de l’Episode IX. Après plusieurs mois de rumeurs, le président des Walt Disney Studios, Alan Horn, annonce le 15 août 2015 que Colin Trevorrow réalisera le dernier acte de la trilogie. Dont un premier traitement devait être écrit, aux dernières nouvelles, par Rian Johnson. Kathleen Kennedy affirme d’ailleurs que la collaboration entre les deux hommes sera bien plus poussée (que celle de J.J. Abrams et Rian Johnson). Né en 1976 à San Francisco, Colin Trevorrow s’est fait remarquer en 2012 grâce à la comédie spatio-temporelle Safety Not Guaranteed. Le succès critique de ce film attira l’attention des responsables d’Universal Pictures, qui lui confièrent la réalisation d’un certain Jurassic World. Soit le plus gros succès cinématographique de l’année dernière, avant la sortie du Réveil de la Force ! «Je souhaitais travailler avec Colin depuis que j’ai vu Safety Not Guaranteed», abonde Kathleen Kennedy. «La puissance de ce film, couplée avec l’énorme succès de Jurassic World, en dit long sur ses capacités, à la fois comme conteur et cinéaste avisé. Nous sommes ravis qu’un tel talent rejoigne notre famille et embarque dans la galaxie Star Wars». Selon Lawrence Kasdan, les trois épisodes composant cette nouvelle trilogie seront forcément très différents les uns des autres, à l’image de leurs réalisateurs respectifs. «Vous ne pouvez pas trouver trois personnes plus différentes que J.J. Abrams, Rian et Colin», souligne le scénariste de L’Empire contre-attaque. Avant de se consacrer à la préproduction de l’Épisode IX, Colin Trevorrow doit cependant tourner le film The Book of Henry, à l’automne 2015, avant d’écrire et produire la suite de Jurassic Word. Ce qui ne l’empêche pas de prendre des notes dans un petit carnet, qu’il montre fièrement sur les réseaux sociaux. «Ce n’est pas qu’un simple travail», déclare le jeune cinéaste à propos de l’Épisode IX. «C’est un siège situé près d’un feu de camp, entouré par un groupe extraordinaire de conteurs, cinéastes, artistes et artisans. Nous avons été chargés de raconter de nouvelles histoires pour la jeune génération. Ils méritent d’avoir ce que nous avions : une mythologie bien à eux. Nous le ferons en canalisant ce que George Lucas a instillé en chacun de nous : une créativité sans bornes et de l’espoir». Pour Colin Trevorrow, la galaxie Star Wars est un « univers-monde », gigantesque et cohérent. Un univers fictif qui pourrait existe dans une réalité alternative. «Chaque type d’histoire à laquelle nous pouvons penser peut être racontée dans l’univers Star Wars, où n’existe aucune limite », précise-t-il. Pour les cinéastes ayant grandi avec Star Wars, participer aux prochaines étapes de la saga est quasiment un sacerdoce. Espérons simplement que leur passion ne les aveugle pas ; la nostalgie n’est pas forcément bonne conseillère. Les réalisateurs des deux derniers épisodes de la nouvelle trilogie semblent cependant avoir entamé une fructueuse et joviale collaboration. «Une histoire doit évoluer ou périr», expliquait Colin Trevorrow. «Nous coopérons étroitement, Rian et moi, afin de nous assurer que nos histoires prennent des directions différentes et nous emmènent dans de nouveaux endroits. Je pense que c’est ce que les fans attendent de nous».

Sans surprise, C-3PO rempile

Malgré sa récente inclusion dans l’équipe de Lucasfilm, le cinéaste a déjà affronté une petite tempête. Plusieurs dizaines de milliers de fans, échaudés par Le Réveil de la Force, ont signé une pétition afin que George Lucas reprenne la main sur son univers en réalisant l’Épisode IX. Ce qui n’arrivera, bien entendu, jamais : le géniteur de la saga, qui veillait auparavant sur le moindre détail de la franchise, a dû prendre son courage à deux mains pour confier son bébé à d’autres créatifs (et financiers). «Lorsque j’ai découvert l’existence de cette pétition, je me trouvais dans les bureaux de Lucasfilm», se souvient Colin Trevorrow. «Je donnais un grand discours sur la manière nous permettant d’invoquer l’imagination, l’audace et la créativité brute que George a apporté à ces films. Nous ne devons pas avoir peur de nous mettre dans l’embarras en faisant quelque chose qui pourrait paraître fou. Quand George a réalisé Un Nouvel espoir, la plupart des gens pensaient qu’il était dément». Il est vrai que son projet fut maintes fois rejeté avant qu’un responsable des studios Fox lui donne une chance. «C’est pourtant la plus grande histoire jamais racontée», poursuit Colin Trevorrow. «Je veux juste embrasser le genre d’imagination et de créativité que George a apporté». Si de tels propos se retrouvent confortés dans les actes, alors Le Réveil de la Force aura réussi son objectif d’épisode de transition. Malgré l’ombre de l’empire Disney, la prise de risques reste possible. À près de quatre ans de la sortie du film, difficile de dire quels acteurs seront de retour. Tout juste savons-nous qu’Anthony Daniels a signé pour incarner C-3PO jusqu’à l’Épisode IX. « Je n’ai pas besoin d’inventer de nouveaux personnages », rappelle Colin Trevorrow. «Je dois avant tout honorer un grand nombre de personnages que les gens apprécient. Aucun ne sera oublié». Ainsi souhaite-t-il offrir un plus grand rôle à Luke Skywalker et Leia – s’ils survivent jusque-là, bien entendu. «Ce sont des icônes, mais aussi des gens qui ont souffert de pertes terribles au cours des films». Parions toutefois que Rey/Daisy Ridley sera de l’aventure. Après tout, la plus grande question posée par Le Réveil de la Force concerne sa véritable identité. «Je sais qui elle est», confie J.J. Abrams. «Mais ce n’est évidemment pas à moi d’aborder la sujet. Maintenant, c’est au tour de Rian de raconter l’histoire». Selon Colin Trevorrow, la réponse à cette question sera profondément satisfaisante. «Rey est un personnage extrêmement important au sein de la galaxie Star Wars», souligne-t-il. «Pas seulement dans le contexte du Réveil de la Force. Tout cela est arrivé il y a bien longtemps. Et nous sommes simplement en train de vous raconter ce qui s’est passé». Espérons que les scénaristes feront moins appel à l’intertextualité – le fait de remémorer des images ou scènes emblématiques de la saga pour susciter l’émotion ou la nostalgie des fans – que dans Le Réveil de la Force (auquel on peut exceptionnellement pardonner cette ficelle narrative, du fait de son rôle dans la renaissance de la saga). Débordant d’enthousiasme, le jeune cinéaste, qui a d’ores et déjà annoncé que l’Épisode IX sera, comme ces deux prédécesseurs, tourné sur pellicule, a même évoqué un improbable tournage dans l’espace ! L’idée n’est évidemment pas d’envoyer une équipe en orbite, mais d’enregistrer des images à l’aide d’une caméra IMAX pour les plans à effets visuels. Un vœu pieux. Colin Trevorrow aurait dû se contenter de retrouver les infographistes d’ILM, avec lesquels il a déjà travaillé sur Jurassic World. Mais en septembre 2017, la nouvelle tombe : Lucasfilm décide de se séparer du cinéaste. En cause : les traditionnelles "divergences créatives". Il semble que, suite au décès de Carrie Fisher en décembre 2016, Colin Trevorrow n'ait pas réussi à mettre au point un script satisfaisant pour Kathleen Kennedy. Quelques semaines plus tard, J.J. Abrams est ainsi invité à terminer la trilogie qu'il a initié. Le tournage devrait débuter au premier semestre 2018.

De la suite dans les idées

Le 9 novembre 2017, Lucasfilm annonce - outre une série TV qui sera diffusée sur le service de streaming de Disney (inauguré en 2019) - le développement d'une quatrième trilogie, dont le premier épisode sera écrit et réalisé par Rian Johnson. Mais attention : il ne s'agira pas d'une suite aux aventures de Rey, Finn et Poe Dameron ! L'idée étant d'explorer des territoires inconnus de la galaxie lointaine, avec des personnages inédits (même si Kathleen Kennedy a également évoqué, début novembre 2017, de futurs films consacrés au trio, après l'Episode IX). Les actionnaires de Disney n’ont pas validé le rachat de Lucasfilm pour se contenter de doubler le nombre de long-métrages inscrits dans l’univers Star Wars (une trilogie et trois opus autonomes). L’ambition du studio, ainsi que les habitudes contemporaines de l’industrie hollywoodienne, laissent présager la production d’un grand nombre de suites, trilogies ou préquelles. Des concepts qui furent d’ailleurs évoqués par George Lucas dans les années 1970…

Retour vers le futur

Dès l’écriture du scénario de ce qui deviendra Un Nouvel espoir (1977), George Lucas n’omet pas la possibilité de produire des suites. La seconde version du script, datée du 28 janvier 1975, s’intitule ainsi Adventures of The Starkiller, Episode 1 : Star Wars. Il s’agit avant tout de revendiquer la filiation avec les serials d’antan — ces feuilletons diffusés dans les années 1930 à 1950, dont les épisodes se terminaient sur des cliffhangers, et que le cinéaste dévorait lors de ses jeunes années. Dans la réalité, George Lucas savait que son film de science-fiction « mineur » n’allait probablement pas obtenir le succès nécessaire au financement d’une suite. Qu’importe : à cette époque, il est plongé dans le processus de création de l’univers Star Wars. Le cinéaste décrit d’ailleurs son était d’esprit comme étant en «évolution permanente». À force de travail, et au fil des réécritures, le film que nous connaissons prend forme. Notons que les éditions Delcourt proposent une adaptation en comics d’un jet datant de 1974 ; cet album permet de se rendre compte à quel point l’histoire de La guerre des étoiles fut effectivement en perpétuelle mutation. En décembre 1975, George Lucas évoque ses idées à propos d’éventuelles suites. «Un jour, je veux faire l’histoire du jeune Kenobi», déclare-t-il lors d’un entretien retranscrit dans le Making of Star Wars traduit en France par Akileos, après avoir détaillé les grandes lignes de la trilogie originelle. «Une histoire sur un Jedi et sur la façon dont l’Empereur a pris le dessus et transformé la République en Empire. Toute la bataille durant laquelle le père de Luke a été tué. Ce serait impossible à faire, mais c’est génial de l’imaginer». Quarante ans plus tard, au mois près, ces propos prêtent à sourire. À l’automne 1977, George Lucas, éreinté, décide d’arrêter la réalisation pour se contenter d’un rôle de producteur/scénariste. Il se montre néanmoins optimiste : «Je vais mettre les suites sur la bonne voie». L’heure de l’Empire contre-attaque a sonné. L’un des premiers documents écrits pour ce qui est temporairement nommé le « Chapitre 2 » mentionne une sœur disparue, une jumelle de Luke formée selon les préceptes Jedi, de l’autre côté de la galaxie. Un autre document revient sur l’idée du jeune Kenobi. Un Nouvel espoir est alors l’Épisode VI. L’Épisode I aurait été un prélude, les Épisodes II à IV auraient raconté la guerre des clones, et l’Épisode V aurait simultanément fait office d’épilogue à cette première partie de la saga, et de prologue à la trilogie qu’il était en train de concevoir. Pour finir, une dernière trilogie précéderait un épisode de « conclusion ». Soit un total de douze films. Là encore, le concept, très ambitieux, est en perpétuelle évolution. En décembre 1977, George Lucas évoque l’idée d’une sœur Jedi – Nellith — auprès de la scénariste Leigh Brackett (qui décédera quelques mois plus tard). «Dans un futur épisode, mais pas celui-ci, nous pourrions faire rencontre Luke et sa sœur. Luke pourrait découvrir l’existence de sa jumelle lors de son entraînement Jedi». Ce qui deviendra «l’autre espoir» mentionné par Yoda dans L’Empire contre-attaque ; l’idée sera toutefois recyclée dans Le Retour du Jedi en faisant de Leia la fameuse jumelle. «Il y a un autre espoir, et ce depuis longtemps», précisait le cinéaste. «Vous devez vous rappeler que nous avons commencé à raconter l’histoire par son milieu. Durant les six heures de film qui précéderont, un jour, cette trilogie, cet “autre” prendra substance. Ainsi que dans les films suivant la trilogie». En avril 1978, un deuxième jet du scénario mentionne la numérotation Episode II, puis Episode V. L’Empire contre-attaque deviendra ainsi définitivement le cinquième volet d’une saga. Mais cette mention sera finalement retirée – pour un temps. «Les spectateurs n’auraient pas compris ce que cela signifiait», expliquait le producteur Gary Kurtz. «Ils se seraient demandé ce qui était arrivé aux trois premiers films». C’est également en avril 1978 que Dark Vador devient (secrètement) le père de Luke, Anakin. Les fondamentaux de la mythologie Star Wars sont posés.

Découvrez dès maintenant la suite et fin de cet article.

[En discuter sur le forum]


Sources : The Making of Star Wars/Empire contre-attaque/Retour du Jedi (Jonathan Rinzler, éditions Akileos), The Secret History of Star Wars (Michael Kaminski), La Guerre des étoiles (éditions Delcourt), Lucasfilm Magazine, Starlog, Cinefex, Variety, The Hollywood Reporter, Comingsoon.net, Starwars-Universe.com Bookmark and Share


Fantasy Attraction Arthur, l'aventure 4D
.