<
 
.

Avant-première - Le Hobbit : Un voyage inattendu - Retour en Terre du Milieu
Article Cinéma du Mardi 24 Janvier 2012

[Retrouvez la première partie de ce dossier]


Voilà déjà dix ans que nous avons découvert, stupéfaits, l'adaptation cinématographique du premier tome de la trilogie du Seigneur des anneaux : La communauté de l'anneau. La célèbre trilogie, publiée par J.R.R. Tolkien au milieu des années 1950, avait été commandée par l'éditeur Allen & Unwin suite au succès de Bilbo le Hobbit (1937). Le 12 décembre 2012, nous pourrons enfin retourner en Terre du Milieu grâce à l'adaptation de ce prélude – l'histoire se déroulant une soixantaine d'années avant les aventure de Frodon Sacquet. Dire que ce film est l'un des plus attendus de l'année relève de l'euphémisme...

Par Pierre-Eric Salard



Nous avons déjà abordé le chaotique développement de cette adaptation – en deux parties – lors de la première partie de ce dossier. De la déroute financière des studios MGM aux deux années d'attente qui firent fuir, au printemps 2010, le réalisateur Guillermo del Toro (Le labyrinthe de Pan, Hellboy 2) en passant par les menaces des syndicats des acteurs néo-zélandais, le parcours de ce projet, pourtant attendu de pied ferme par des légions de fans, fut émaillé de difficultés qui faillirent lui coûter son existence ! « J'avais l'impression d'être piégé dans un cartoon digne des Monty Python », confie Guillermo del Toro. « Un an, deux ans : le projet était éternellement repoussé ! Or je n'avais pas envie d'y investir, au final, six ans de ma courte existence... » Au lieu de se contenter d'écrire et de produire les deux films en collaboration avec Fran Walsh, Phillipa Boyens et Guillermo del Toro, Peter Jackson décide finalement de reprendre son poste de réalisateur. Cette décision s'accompagne d'un miracle : en octobre 2010, la production de la saga Bilbo le Hobbit obtient le feu vert des studios New Line Cinema, Warner Bros Pictures et MGM ! Ainsi le tournage-marathon (les deux volets étant tournés conjointement) put débuter le 21 mars dernier au sein des Stone Street Studios de Wellington, en Nouvelle-Zélande. Comme on ne change pas une équipe qui gagne, Peter Jackson s'est entouré d'une grande partie de l'équipe du Seigneur des Anneaux, dont le directeur de la photographie Andrew Lesnie, le compositeur Howard Shore et les illustrateurs Alan Lee et John Howe. Bien entendu, le cinéaste fait appel aux sociétés qu'il a lui-même fondé pour recréer la Terre du Milieu : le studio d'effets visuels Weta Digital (Avatar, Les aventures de Tintin), supervisé par Joe Letteri, et Weta Workshop, qui s'occupe des costumes, accessoires et maquillages sous la direction de Richard Taylor. Notons cependant l'introduction d'innovations majeures, dans l'air du temps : les films sont tournés à l'aide de caméras numériques EPIC, montées en parallèle sur un même support afin de pouvoir capter nativement en 3D relief. En outre, le traditionnel enregistrement (et donc diffusion) en 24 images par seconde est abandonné au profit de 48 images par seconde pour ménager le confort visuel des spectateurs ! Une perspective qui fera saliver les hobbits parmi nous, en attendant les sorties françaises de Le Hobbit : un voyage inattendu (The Hobbit: An Unexpected Journey), en salles le 12 décembre 2012, et de Le Hobbit : histoire d'un aller et retour (The Hobbit: There and Back Again), prévu pour le 11 décembre 2013...

Une mythologie complexe

Si l'intrigue se déroule une soixantaine d'années avant l'essor de Sauron, nous allons retrouver des visages connus. Le plus célèbre d'entre-eux est le mage Ganfalf le gris, l'un des cinq Istari (des sages qui comptent également dans leurs rangs Saroumane) envoyés il y a bien longtemps sur la Terre du Milieu par les Valar. Cela, les lecteurs le découvriront bien plus tard ! Bilbo le Hobbit (1937) est, après tout, la première œuvre de J.R.R. Tolkien se déroulant dans cet univers, qui sera considérablement étoffé au cours des décennies suivantes. Nous invitons donc les néophytes curieux à se plonger dans les nombreux écrits de l'auteur (Le Silmarillion, Contes et Légendes inachevés, L'Histoire de la Terre du Milieu, Les appendices du Seigneur des Anneaux, etc) afin de découvrir la complexité de la mythologie créée par l'auteur anglais ! Éclairons toutefois les événements phares de la période durant laquelle se déroule le film afin d'en appréhender le contexte. Il faut savoir que l’action de Bilbo le Hobbit se déroule en l’an 2941 du Troisième Âge de la Terre du Milieu. Le Second Age s'est terminé lorsque les forces du maléfique Sauron ont été vaincues sur la plaine de Dagorlad par celles de la Dernière Alliance des Elfes et des Hommes. Ce conflit, l'un des plus importants de l'Histoire de la Terre du Milieu, se termine, après sept ans de siège devant Barad-Dûr, lorsque Isildur tranche le doigt de Sauron qui portait l'Anneau unique. L'ennemi des peuples libres perd alors son existence physique. Rappelons que cette bataille était présentée dans le prologue de l'adaptation cinématographique de La communauté de l'anneau.



Avec le temps, la plaine de Dagorlad deviendra le « Marais des Morts » traversé par Frondon, Sam et Gollum dans Les Deux Tours. En l'an 2 du Troisième Age, l'escorte d'Isildur se fait massacrer par une troupe d'orques dans le « Champ d'Iris ». Le nouveau Roi du Gondor tente de s'échapper en plongeant dans le fleuve Anduin, mais l'Anneau glisse de son doigt, révélant ainsi sa présence... L'objet magique sera porté disparu durant des centaines d'années. En 1050, la forteresse Dol Guldur est construite près de la Forêt Noire. En l'an 1980, les Nains installés dans les mines de la Moria, sous les Monts Brumeux, réveillent accidentellement le monstrueux Balrog. Cette gigantesque créature, enfouie au plus profond de la terre depuis la fin du Premier Age, sera vaincue par Gandalf lors de La communauté de l'anneau. En attendant ce combat, qui n'adviendra qu'un bon millier d'années plus tard, une partie du peuple des Nains s'installe sous l'Erebor, le Mont Solitaire.

Le Seigneur des Anneaux

En l'an 2063 du Troisième Age, Gandalf se rend à Dol Guldur afin d'y démasquer son mystérieux fondateur, le Nécromancien. Ce dernier s'échappe vers les contrées de l'Est. Mais il y retournera 400 plus tard, soit quelques années avant que Sméagol ne tue son cousin Déagol afin de prendre possession de l'Anneau Unique ! Nous avons assisté à cet événement lors du prologue de l'adaptation cinématographique du Retour du roi.



Sméagol ira par la suite se terrer dans les tréfonds des Monts Brumeux, et y deviendra Gollum. En 2759, Saroumane s'installe en Isengard... comme nous avons pu le découvrir dans les Deux tours ! Le contexte de Bilbo le Hobbit et du Seigneur des anneaux se précise... Onze ans après, le puissant dragon Smaug chasse les Nains d'Erebor afin d'en faire son repère. Un siècle plus tard, Gandalf retourne à Dol Guldur et découvre que le Nécromancien est nul autre que Sauron ! Le roi des nains Thrain II, qui y est emprisonné, confie alors à l'Isari la carte et la clé de la porte secrète conduisant directement à la chambre la plus profonde de l'Erebor. Enfin, en 2941, les aventures de Bilbon Sacquet débutent. Sous l'impulsion de Gandalf, Thorin Écu-de-Chêne, héritier du Royaume sous la Montagne d'où Smaug a chassé les Nains, invite le hobbit à rejoindre son expédition. En compagnie de Gandalf et de douze autres Nains (Balïn, Dwalïn, Ori, Dori, Nori, Bifur, Bofur, Bombur, Oïn, Gloï,, Kili et Fili), ils tenteront de dérober le trésor protégé par le dragon... En chemin, Bilbon rencontrera Gollum sous les Monts Brumeux et lui dérobera – sans le savoir – l'Anneau Unique. Au terme de cette expédition, une importante bataille les attend. Parallèlement, le Conseil Blanc, qui compte dans ses rangs des Mages et des Elfes (dont Saroumane, Gandalf, Elrond et Galadriel), chassera Sauron de Dol Guldur. Mais ce dernier ira ensuite s'installer dans le Mordor afin de reconstruire Barad-Dûr et de rechercher l'Anneau Unique, qui lui permettrait de récupérer l'ensemble de ses pouvoirs. Soixante ans après les pérégrinations de Bilbon, Frodon Sacquet, son neveu, n'aura plus qu'à débuter la quête visant à détruire le puissant objet maléfique !

Son précieux

En s'attaquant à l'adaptation de Bilbo le Hobbit, Peter Jackson dispose d'un avantage de taille. Au lieu de se contenter du texte du roman original, il peut s'inspirer de la foisonnante mythologie qu'a écrit J.R.R. Tolkien au cours du Xxème siècle ! Ainsi le conflit opposant le Conseil Blanc et le Nécromandien retranché à Dol Guldur, tout juste mentionné dans le livre de 1937, peut être montré à l'écran. « Ce fut un véritable défi de visualiser Dol Guldur », précise le réalisateur. « Heureusement que les illustrateurs Alan Lee and John Howe sont parmi nous ! » Gandalf quittera ainsi à plusieurs reprises l'expédition de Bilbon pour affronter les sbires du Nécromancien. L'acteur britannique Ian McKellen (Magneto dans la trilogie X-Men), âgé de 72 ans, l'incarne à nouveau. « Ian est en forme », s'enthousiasme Peter Jackson. « D'une certaine façon, son interprétation risque de se heurter à davantage de difficultés techniques dans ces nouveaux films. Il partage en effet de nombreuses scènes avec quatorze personnages plus petits que lui : les nains et le hobbit ! » Lorsque le développement du film s'était éternisé, Ian McKellen ne dissimulait pas son mécontentement. « Je suis désormais septuagénaire », confiait-il. « A mon âge, qui sait quel accident m'attend au prochain tournant ? Depuis deux ans, je m'arrange pour que mon emploi du temps professionnel me permette de tourner dans Le Hobbit. Nous avons même organisé des représentations de la pièce En attendant Godot, Samuel Beckett, en Australie et en Nouvelle-Zélande durant l'été 2010 afin qui je puisse me rendre sur le tournage dès que possible ! J'avoue que j'ai quand même hésite à retrouver Gandalf. Avais-je vraiment envie de consacrer, encore, 18 mois de ma vie à ce personnage ? » Andy Serkis (King Kong, César dans La planètes des singes : les origines, Le capitaine Haddock dans Tintin) retrouve quant à lui le costume, bardé de capteurs et dédié à la capture de mouvement, qui lui permet d'interpréter Gollum. La créature prendra ainsi corps en post-production, entre les mains des magiciens du studio Weta Digital. « Cette technique n'est pas prise au sérieux par l'industrie cinématographique », regrette l'acteur. « On me demande encore si j'ai prêté ma voix à Gollum et mes mouvements à King Kong. Non, je les ai joués ! » Mais Ian McKellen et Andy Serkis ne sont guères les seuls acteurs du Seigneur des Anneaux à retrouver leurs personnages attitrés ! Les australiens Hugo Weaving (Matrix) et Cate Blanchett (Babel) incarnent les elfes Elrond et Galadriel, alors que le mythique comédien britannique Christopher Lee renoue avec le puissant Saroumane...

Retour au bercail

S'il n’apparaît pas dans le roman, l'elfe Legolas, interprété par Orlando Bloom, fera une (courte) apparition dans les films. « Il y a dix ans, Orlando Bloom créait un personnage emblématique par le biais de son interprétation de Legolas », déclare Peter Jackson. « Ce qui est drôle, c'est que si j'ai vieilli... et bien, ce n'est pas son cas ! J'imagine que c'est la raison pour laquelle il incarne si parfaitement un elfe (rires) ! » Que les fans se rassurent : les scénaristes tiennent à respecter l'univers de J.R.R. Tolkien, et ont inclus les nouveaux personnages selon les indices offerts par les appendices et autres notes de l'auteur... Et si Legolas apparaît, pourquoi pas son (futur) compère Nain Gimli ? « On m'a déjà proposé de jouer dans le film, et pour être honnête, j'ai refusé », expliquait en début d'année l'acteur John Rhys-Davies (Les aventuriers de l'Arche Perdue, Sliders). « Au fond de moi, j'aimerais participer au film. Mais je ne crois pas que mon visage acceptera d'être à nouveau constamment grimé ... On me l'a gentiment demandé, mais non, il n'est pas question de jouer un nain. J'aimerais plutôt m'investir dans un autre personnage, jouer quelqu'un d'autre, peut-être un elfe (rires) ! » Malgré ces déclarations, il n'est pas impossible que Gimli pointe le bout de se bedaine... A la surprise générale, nous avons également appris en début d'année que Frondon Sacquet, qui naît pourtant bien après les événements du roman, sera également de retour ! Elijah Wood apparaîtra dès le début du film afin de présenter les aventures de Bilbon par l'intermédiaire du Livre rouge de la Marche de l'Ouest (Red Book of Westmarch). Ce livre, imaginaire, aurait été écrit par Bilbon (Bilbo le Hobbit ou Histoire d'un aller-retour) et Frodon (qui narre la chute du Seigneur des Anneaux). Par la même occasion, Ian Holm, 80 ans depuis peu, incarne à nouveau le vieux Bilbon....

Nouvelles têtes

Mais le jeune Bilbon, lui, sera incarné au cours des deux films par le talentueux Martin Freeman, que nous avons découvert dans H2G2 : le Guide du voyageur galactique (2005). L'acteur s'est également fait remarquer dans Love Actually (2003) et Shaun of the Dead (2004), ainsi que dans les séries anglaises The Office et Sherlock – il y joue le jeune Docteur Watson. « Martin est tout simplement fantastique », explique Peter Jackson. « Nous n'aurions pas pu dénicher un meilleur acteur pour incarner Bilbon ! » Si Martin Freeman était l'un des nombreux comédiens à postuler pour le rôle, il ne faisait aucun doute, pour le cinéaste, qu'il serait l'interprète idéal. Mais son recrutement s'accompagne de problématiques logistiques. « Martin avait déjà signé pour tourner dans la seconde saison de Sherlock durant l'été 2011 », poursuit le réalisateur. « Nous avons donc dû prévoir une pause dans le tournage afin de nous en accommoder. En temps normal, nous n'aurions pas fait une telle exception... Mais je tenais vraiment à ce qu'il obtienne le rôle. Martin est Bilbon ! Il possède tous les attributs des hobbits (rires). Il est capable d’interpréter un membre de ce peuple très « vieille Angleterre », en-dehors du temps. Il a également un grand sens de l'humour. En outre, Martin porte parfaitement les oreilles d'un hobbit, et il arbore de superbes pieds. Je crois qu'il a les plus grands pieds de tous nos hobbits, tous films confondus. Ils ne sont pas très pratiques pour marcher, mais Martin a réussi à trouver la démarche idéale ! » Richard Armitage (Captain America) incarne le valeureux héritier du Royaume des Nains, Thorin Écu-de-Chêne. « Lorsque j'ai passé l'audition pour Thorin, je n'ai pas imaginé une seule seconde que j'obtiendrai le rôle », avoue l'acteur anglais. « Lorsque j'ai appris la nouvelle, je suis resté incrédule (rires). Pareil quand j'ai fait les essais de maquillages et de costumes. Mais une fois que je me suis retrouvé devant Peter Jackson, j'ai enfin réalisé que j'allais arpenter la Terre du Milieu ! » Alors qu'il était un jeune prince Nain, Thorin assista à la destruction du royaume d'Erebor. Forcé à l'exil, il devint un redoutable combattant et un chef charismatique, dont l'unique désir est de détruire la créature responsable du malheur de son peuple. « Thorin ressent une colère refoulée, et je profite de ce rôle pour extérioriser ma propre obscurité », ajoute Richard Armitage. « C'est salvateur ! Je repousse les limites de mon interprétation, hors de ce qu'on pourrait appeler la zone de confort. Je ne veux pas me reposer sur mes lauriers ».

Gandalf et les treize nains

Mais le plus dur reste à faire pour Peter Jackson : il lui faut sélectionner des acteurs capables d'insuffler des personnalités distinctes à la multitude de Nains qui composent l'expédition ! « C'est un défi », affirme John Rhys-Davies. « Cette fois-ci, il n'y a pas un, mais treize nains ! Il faut absolument offrir à chacun d'entre-eux une identité propre. Il faut réussir à faire aux nains ce que le Seigneur des Anneaux a fait aux Hobbit... » La présence des nains est l'une des raisons pour lesquelles Peter Jackson a longtemps refusé de réaliser ces deux films. « Je les redoutais ! Ils étaient décidément trop nombreux. Il fallait donc les différencier – davantage que dans le roman. Mais à force de les côtoyer, vous avez envie d'en apprendre davantage à leur sujet. Ils ne savent d'ailleurs pas quoi faire de Gandalf ! Ils pensent aussi que Bilbo est une lavette et Elrond une sorte de proviseur coincé (rires) ! » Proches parents de Thorin, Balin (Ken Stott, La Guerre selon Charlie Wilson) et Dwalin (Graham McTavish, John Rambo) sont frères et seigneurs Nains. Si le premier est un vieux guerrier doutant du bien-fondé de leur quête, Dwalin, qui se méfie particulièrement des elfes, a totalement confiance en Thorin. Élevés parmi les mineurs de l'Ouest, Bofur, son frère Bombur et leur cousin Bifur ont rejoint l'expédition pour faire fortune... mais aussi parce qu'on leur a dit que la bière serait gratuite ! Ces trois Nains sont respectivement joués par James Nesbitt (Jekyll), Stephen Hunter (la série All Saints) et William Kircher (Legend of the Seeker: L'épée de vérité). Lointains cousins ??de Thorin, Oïn (John Callen, Power Rangers) et Gloïn (Peter Hambleton, The Rainbow Warrior) participent à l'aventure car ils y ont investi beaucoup d'argent. Notons que le fils de Gloïn se nomme... Gimli ! Loyaux et chamailleurs, Nori, Ori et Dori sont trois frères, tous fils de la même mère, et pourtant très différent les uns des autres. Dori (Mark Hadlow, King Kong), l'aîné, passe la majeure partie de son temps à surveiller Ori (Adam Brown, ChuckleVision), le cadet. Personne ne sait ce qui occupe Nori (Jed Brophy, District 9), mais c’est probablement illégal ! Enfin, les jeunes frères Fili (Dean O'Gorman, Farscape) et Kili (Aidan Turner, la série Being Human) ont grandi sous la tutelle sévère de leur oncle, Thorin Écu-de-Chêne. Mais ils n'ont jamais voyagé loin, ni visité la légendaire cité d'Erebor. Ces deux talentueux guerriers partent à l'aventure armés de l'invincible courage que confère la jeunesse, incapables d'imaginer les dangers qui les attendent ! Rappelons que le nain Fili devait originellement être incarné par Rob Kazinsky (Pacific Rim), mais l'acteur quitta la production à l'amorce du tournage pour des raisons privées, et fut remplacé par Dean O'Gorman. Enfin, les Rois Nains Thror et Thrain II sont respectivement interprétés par Jeffrey Thomas (Spartacus : Les Dieux de l'arène) et Mike Mizrahi (Hercule).



Un casting pléthorique

Si la distribution des rôles des Nains, à la grande satisfaction de Peter Jackson, est close, il reste encore de nombreux personnages à attribuer. Ainsi le solitaire Beorn sera joué par le suédois Mikael Persbrandt (la série Beck), alors que Sylvester McCoy – alias la septième incarnation du Doctor Who – prête ses traits au Mage Radagast. « Je joue Beorn comme si je participais à une petite production indépendante », précise Mikael Persbrandt. « Il faut bien cela pour oublier la présence de mon encombrant costume (rires) ! Je ne vous cache pas que j'ai hâte de tourner avec Ian McKellen... » En ce qui concerne les elfes, Bret McKenzie (Flight of the Conchords) et Lee Pace (Pushing Daisies) incarnent respectivement Lindir et le Roi Thranduil, le père de Legolas. Evangeline Lilly, alias Kate dans Lost, joue un personnage inédit, l'Elfe des bois Tauriel. Afin de rassurer les fans du roman, Peter Jackson précise qu'elle n'aura pas de relation romantique avec Legolas. « Ce n'est pas un secret : Evangeline est extrêmement talentueuse », déclare le réalisateur. « Nous sommes ravis qu'elle incarne notre première véritable elfe des bois ! » L'actrice étant fan des romans de Tolkien depuis ses treize ans, elle avoue avoir été un temps inquiétée par la création d'un tout nouveau personnage. « Pour les fans, je vais être le mouton noir du film ! Je sais à quel point les puristes sont sans pitié... car j'en fais partie ! Cela dit, après avoir relu le roman à l'âge adulte, je peux comprendre pourquoi il était nécessaire d'ajouter de nouveaux personnages. Cette adaptation aurait notamment manqué de personnages féminins ; le roman n'en possède pas beaucoup. Sans compter qu'il s'agit d'une histoire très linéaire ! Ce que Peter Jackson, Fran Walsh et Philippa Boyens ont fait respecte l'intégrité du monde de Tolkien, tout en ajoutant une troisième dimension à l'histoire. Pour me préparer, j'étudie la langue elfique. J'apprends également à devenir un archer, à maîtriser le combat à l'épée et à me battre comme une elfe ! » N'oublions pas la présence du talentueux Stephen Fry (V pour vendetta) dans le rôle du Maire de Lacville, une bourgade située (trop) près de la Montagne Solitaire. « Je connais Stephen depuis de nombreuses années », précise le réalisateur. « C'est un excellent acteur, qui rendra à coup sûr son personnage mémorable ». L'inconnu Ryan Gage incarne Alfrid, l'assistant du Maire. L'humoriste, acteur et scénariste australien Barry Humphries (Le Monde de Nemo), né en 1934, a obtenu le rôle du Roi des Gobelins. A l'instar de Gollum/Andy Serkis, il donnera vie à son personnage grâce au procédé de capture de mouvements. « Nous avons hâte de découvrir la sensibilité et et la profondeur émotionnelle que Barry pourra offrir à la créature », s'enthousiasme Peter Jackson.



Tournage marathon

Luke Evans (Le Choc des Titans, Immortals), quant à lui, joue Bard, capitaine des archers d'Esgaroth et descendant du dernier seigneur de la ville de Dale, ravagée par l'impitoyable Smaug. L'acteur a été recruté par Peter Jackson... sans même l'avoir rencontré ! « J'ai fait mon casting par webcam interposé ! Incroyable, non ? L'industrie cinématographie ne cesse de me surprendre (rires). Le plus étrange ? A cause des ennuis ayant émaillé le développement du projet, j'ai appris que j'avais obtenu le rôle un an après avoir passé le casting ! ». Enfin, le gigantesque Conan Stevens prête sa carrure au chef des Orques Azog. Il reste cependant un personnage de premier plan dont nous n'avons pas parlé : Smaug. C'est Martin Freeman qui dévoila lui-même à l'occasion de la cérémonie britannique des BAFTA, par inadvertance, l'identité du celui qui prête sa voix au terrible dragon : il s'agit de Benedict Cumberbatch (Cheval de guerre, Star Trek 2/12)), alias Sherlock Holmes dans la série qui les réuni ! « Je savais que j'ai la langue pendue, mais pas à ce point-là », s'amusait Martin Freeman. « J'ai ruiné la surprise ! Maintenant, j'ai peut-être perdu mon poste ! (rires) » Les interprètes anglais de Sherlock et Watson se retrouveront donc dans des camps diamétralement opposés ! La pré-production et le casting étant désormais terminés, il ne reste plus qu'à s'attaquer au tournage-fleuve des deux opus. « Lorsque nous avons fini d'établir le planning, mon estomac s'est retourné : je me suis rendu compte que les prises de vues s'étaleront sur 254 jours ! », déclare Peter Jackson. « Nous faisons deux films, et pourtant le tournage ne durera que douze jours de moins que celui du Seigneur des Anneaux ! » Le réalisateur compte bien reproduire la recette qui a fait le succès de la trilogie. « Je suis exactement le même cinéaste qu'il y a dix ans. Mon objectif est, tout simplement, de raconte une histoire ». Après les années d'errances qu'a traversé ce projet, le tournage a débuté le 21 mars dernier en Nouvelle-Zélande. Nous reviendrons prochainement sur les temps forts de la production. Après tout, l'un des plus « précieux » films de l'année prochaine mérite bien qu'on s'y penche – comme on le ferait en croisant un hobbit !



La suite de ce dossier sera publiée dans quelques semaines sur ESI !

[En discuter sur le forum]
Bookmark and Share


Fantasy Attraction Arthur, l'aventure 4D
.