<
 
.

Avant-première - La trilogie du Hobbit : Dans les coulisses du tournage
Article Cinéma du Mercredi 24 Octobre 2012

[Retrouvez la deuxième partie de ce dossier]


Il y a bientôt onze ans, La Communauté de l'Anneau enchantait les cinéphiles et les fans de J.R.R. Tolkien. Dans moins de deux mois, nous serons invités à retrouver – enfin ! - la Terre du Milieu née de l'imagination de l'auteur britannique. Prévu en France pour le 12 décembre prochain, Le Hobbit : Un Voyage inattendu explorera la jeunesse de Bilbon Sacquet, interprété par Ian Holm (Alien) dans Le Seigneur des Anneaux. Martin Freeman (la série Sherlock) incarnera cette fois-ci le héros de Bilbo le Hobbit, un roman sorti bien avant la trilogie littéraire précédemment adaptée avec talent par Peter Jackson. Le Hobbit : La Désolation de Smaug , prévu pour décembre 2013, et Le Hobbit : Histoire d'un aller retour (été 2014) boucleront ainsi la saga en six films mijotée par le cinéaste néo-zélandais. Mais ce dernier doit encore terminer un tournage marathon, auquel nous vous proposons ce mois-ci d'assister...

Par Pierre Eric Salard



Nous avons précédemment abordé le chaotique développement de ce projet dans un premier dossier, puis le contexte narratif et le processus de casting des deux volets de cette adaptation du roman de J.R.R Tolkien dans un second article. Si le livre a été publié en France, en 1969, sous le titre Bilbo le Hobbit, notons que la version originale, sortie en 1937, s'intitule plus sobrement The Hobbit. Pour les deux films, le service marketing de Warner Bros Entertainment France semble cependant avoir décidé de respecter les titres américains. Le matériel promotionnel vantera donc les mérites de Le Hobbit : Un voyage inattendu (The Hobbit : An Unexpected Journey), Le Hobbit : La Désolation de Smaug (The Hobbit: The Desolation of Smaug) et Le Hobbit : Histoire d'un aller retour (The Hobbit : There and Back Again). Mais que les fans se rassurent : ce bon vieux Bilbon Sacquet (Bilbo Baggins en V.O.) est toujours de la partie ! Rappelons que les événements de ce diptyque se déroulent soixante ans avant ceux du Seigneur des Anneaux. Bilbon Sacquet est entraîné dans une quête épique pour la reconquête du royaume perdu des nains d'Erebor, tombé entre les griffes du dragon Smaug le Doré. Sollicité par le magicien Gandalf le Gris, Bilbo se joint à une compagnie de treize nains menée par un guerrier légendaire : Thorin « Écu-de-chêne ». Leur périple va les mener au milieu de la vie sauvage ; à travers des terres dangereuses peuplées de Gobelins et d'Orcs, d'araignées géantes, de métamorphes et de sorciers. Alors que leur objectif est d'atteindre l'Est et les terres désolées de la Montagne Solitaire, ils devront d'abord s'échapper des tunnels des Gobelins, où Bilbon va rencontrer la créature qui va changer sa vie à jamais... Seul avec Gollum sur les bords d'un lac souterrain, le modeste Bilbon Sacquet va prendre possession d'un "Précieux" anneau qui va lui être d'un grand secours... Un simple anneau d'or qui pourrait faire basculer l'avenir de toute la Terre du Milieu ! Les aficionados de l'univers de J.R.R. Tolkien auront remarqué que le synopsis de cette adaptation met l'emphase sur les liens unissant Le Hobbit au Seigneur des Anneaux. Et pour cause ! Si certaines modifications narratives sont à prévoir, une majorité des membres de l'équipe technique de la trilogie est venue épauler Peter Jackson, ainsi que certains acteurs. Dont Ian McKellen (X-Men), qui retrouve le rôle – toujours aussi central - de Gandalf. Voilà bien un exemple frappant de la magie du cinéma : si le comédien britannique a vieilli de dix ans, son personnage en a rajeuni de soixante ! L'acteur étant encore fort vaillant malgré ses 72 ans, il débarque en Nouvelle-Zélande le 17 février 2011, soit quatre jours avant le début du tournage.

Ultimes préparatifs

La pré-production, lancée plusieurs années plus tôt sous l'égide de Guillermo del Toro (qui abandonna le navire au printemps 2010, suite aux tergiversations de la Warner Bros et aux difficultés financières des studios MGM), est terminée depuis longtemps, et les décors sont alors en cours de (re)construction au sein des Stone Street Studios, à Wellington. « Un magicien n'est jamais en retard, Frodon Sacquet », disait Gandalf dans La Communauté de l'anneau. « Ni en avance d'ailleurs ». A son arrivée à Wellington, Ian McKellen se retrouve pourtant avec cinq semaines de temps libre ! En effet, à quelques jours du début du tournage, Peter Jackson se met à souffrir de l'estomac et se fait opérer d'urgence ! La compagnie d'assurance insiste pour qu'il se repose cinq semaines. Le tournage est ainsi repoussé au 28 mars 2011. « Un an auparavant, je faisais une tournée théâtrale ici-même, et je comptais y rester jusqu'en juillet 2010 afin de tourner, dans la foulée, dans Le Hobbit sous le direction de Guillermo del Toro », se souvient Ian McKellen. « Puis ce dernier m'a annoncé qu'il abandonnait la Terre du Milieu, échaudé par les contre-temps successifs. Quelques mois plus tard, Peter Jackson reprend les rênes du projet et m'incite à retrouver Gandalf. J'ai ajourné des vacances en Inde pour être certain d'être présent sur le tournage dans les temps. Et me voilà, attendant Le Hobbit (rires) ! Mais j'ai profité de cet aléas pour rencontrer beaucoup de monde. A commencer par treize nains, pas moins ! » L'ennui de santé de Peter Jackson sera heureusement le dernier soubresaut de la malédiction qui accompagnait le projet depuis plusieurs années. Début mars, Ian McKellen retrouve un Peter Jackson momentanément affaibli et incroyablement mince, bien différent du cinéaste bien en chair du Seigneur des Anneaux (qui renaîtra d'ailleurs de ses cendres au cours de l'année, comme le prouvent les photos de production !). Ils profitent de ce délai pour discuter du scénario et jeter un œil sur les nombreux maquillages spéciaux confectionnés par Weta Workshop. « Le faux nez de Gandalf ne ressemblait pas à celui de mes souvenirs », précise Ian McKellen. « Et pour cause ! J'ai demandé à ce qu'il soit plus petit, cette fois-ci. Les artistes utilisent de nouveaux matériaux. Le silicone remplace la vieille gélatine qui avait tendance à glisser quand le sorcier éternuait (rires). J'ai également retrouvé mon costume... tout neuf ! N'oublions pas que la 3D mettra en avant le moindre détail ! A ce propos, on me demande souvent quelles différences induit un tournage en 3D relief. A première vue, rien du tout (rires) ! » Les intérieurs de Cul-de-sac, la résidence de Bilbon Sacquet, ont été reconstruits à l'identique dans une ancienne usine qui abritait déjà les principaux plateaux de la trilogie du Seigneur des Anneaux. Peter Jackson et les scénaristes Fran Walsh et Philippa Boyens y organisent une lecture du scénario avec les interprètes des nains, ainsi qu'avec Ian McKellen et Martin Freeman (Bilbon). Les répétitions peuvent ainsi débuter à la mi-mars. Tous les acteurs participent à des essais devant les caméras, ce qui permet le cas échéant de modifier les maquillages et les costumes... avant qu'il ne soit trop tard ! « Quel étrange spectacle que d'assister à l'arrivée de 26 nains sur les plateaux – les interprètes principaux et leurs doublures, quasiment identiques mais de plus petites tailles ! », s'amuse Ian McKellen. « Quant à moi, on m'a placé sur une marque au sol et demandé de faire un aller-retour devant la caméra, comme un mannequin. Chaque responsable pouvait ainsi y aller de sa remarque : le pointilleux Peter Jackson bien sûr, mais aussi Fran Walsh et Philippa Boyens, le superviseur des maquillages Peter King, ou encore Richard Taylor de Weta, qui scrutait mon faux-nez avec attention ! Une prothèse qu'il a d'ailleurs fallu remanier à la dernière minute, après avoir consulté des photos datant de la trilogie ».

L'aventure commence

Le premier jour de tournage se déroule finalement le 28 mars, prouvant une bonne fois pour toutes que Le Hobbit débute bel et bien sa quête en Terre du Milieu ! Entre les prises de vues, les repérages et la préparation des prochaines séquences, le planning de Peter Jackson est très serré - y compris les jours de pause ! Le cinéaste a cependant prévu de tourner les deux films simultanément, mais en trois phases. La première, qui se déroule à l'intérieur des plateaux, se terminera à la fin du printemps 2011. A la mi-avril, le réalisateur annonce qu'Andy Serkis (King Kong, La planète des singes : les origines), l'interprète de Gollum, s'est vu confier la seconde équipe de tournage. « J'ai beaucoup appris de Peter en le regardant faire au fil des ans », s'enthousiasme ce dernier, qui avait déjà plusieurs court-métrages à son actif. « Je pense ainsi avoir développer une sensibilité assez proche de la sienne. Il m'a cependant incité à prendre des décisions audacieuses ; il m'a même permis de faire un premier montage des plans que j'ai tourné ! Il savait que je souhaitais me pencher sur la mise-en-scène depuis bien longtemps, et je suis ravi qu'il m'en est offert l'opportunité. Les acteurs peuvent être de très bons réalisateurs ; ils connaissent les besoins des autres comédiens. Ceux-ci sont souvent les derniers à être impliqués dans un tournage. Toute la préparation se déroule sans eux, et d'un coup ils doivent mettre au point leurs performances ! Je pense au contraire que l'interprétation doit être au centre de l'échiquier ». Afin qu'Andy Serkis n'ait pas à jongler entre son travail d'acteur et celui de réalisateur, toutes les scènes de Gollum sont tournées dès le premier mois du tournage. « J'avais l'impression d'assister à une pièce de théâtre », se souvient l'électricien Ants Farrell à propos de la scène durant laquelle Bilbon rencontre Gollum dans l'obscurité d'une grotte. « Nous aurions pu simplement nous asseoir pour regarder Andy Serkis et Martin Freeman (rires) ! » Ce dernier plonge ainsi dans son rôle en jouant, dès les premiers jours, l'une des scènes les plus importantes des films. « J'étais désolé pour lui », déclare Peter Jackson. « Il a été obligé de trouver très rapidement ses marques, tout en faisant perpétuellement attention à mes indications. Ce devait être intimidant ! » Andy Serkis a quant à lui dû retrouver le rôle qui l'a rendu célèbre. « C'était étrange », avoue-t-il. « J'avais l'impression d'usurper l'identité d'un personnage que j'ai joué pendant longtemps ! » En avril, Peter Jackson propose sur Internet une première vidéo dédiée aux coulisses du projet. Car au lieu de lutter contre les photos volées et les révélations permises par les nouvelles technologies, il préfère les accompagner et invite les fans à vivre avec lui cette aventure ! Lors du 18ème jour du tournage, John Rhys-Davies, qui jouait le nain Gimli dans Le Seigneur des Anneaux, est venu rendre visite aux nouveaux interprètes des nains, qui tournaient alors des scènes se déroulant à Cul-de-sac. « Ce fut amusant de le présenter à Peter Hambleton, alias Gloin, le père de Gimli », se souvient Peter Jackson. « Papa ! », lance ainsi John Rhys-Davies, 67 ans, à Peter Hambleton. « Pauvres bougres. Quand Peter vous fera courir sur une colline en armure, vous serez ravis ! Mais il est vrai que vous serez bientôt pris en chasse par des femmes partout dans le monde (rires) ». Si le planning est chargé, l'ambiance reste donc relativement détendue sur les plateaux. A l'heure actuelle, Peter Jackson n'a pas révélé si Gimli fera une apparition dans le film, à l'instar de Legolas (Orlando Bloom). « Après le Seigneur des Anneaux, je m'étais promis de ne plus jamais porter d'encombrants maquillages », explique John Rhys-Davies. « Mais je veux bien jouer dans le film... à condition de ne pas interpréter un nain (rires) ! »



Départs et retours

Lors du week-end prolongé de Pâques, le réalisateur ne perd pas une minute et revoit l'écriture de quelques scènes se déroulant à Fondcombe – dont le tournage est prévu pour bientôt. « La vie d'un scénario passe pas trois étapes », indique-t-il. « Pendant de nombreux mois, voir des années, le script est d'abord un document théorique, une version imaginaire du film. Une fois que le tournage est lancé, le texte subit de nombreuses modifications, généralement positives. Les acteurs apportent par exemple leur expérience, permettant aux personnages de devenir plus crédibles. Des révisions peuvent être faites sur le plateau, le jour-même, et rendre les dialogues bien meilleurs ! Ces remaniements sont chronophages, et il arrive que les acteurs les reçoivent à la dernière minute. Nous nous moquons souvent de Ian McKellen en lui disant que les pages du script pour le lendemain seront glissées sous sa porte pendant la nuit... Et cela s'est déjà avéré vrai (rires) ! Enfin, la troisième phase de la vie d'un scénario survient lorsque l'on s'attaque au montage. Il faut parfois tourner de nouvelles scènes, modifier leur ordre d'apparition, enregistrer de nouveaux dialogues... Peu importe ce que vous imaginiez pendant l'écriture du script ou le tournage : seul le montage final compte. Un scénario n'est donc réellement terminé qu'au moment où le film sort en salles ! » Fin avril, les trolls entrent en scène. Peter Jackson se charge de filmer les dialogues de cette scène mouvementée, alors que la seconde équipe, chapeautée par Andy Serkis, s'occupe des combats. « Andy s'en tire mieux que moi sur ce coup », s'amuse le réalisateur. « Ce qui est sympa avec les nains de notre histoire, c'est que certains d'entre-eux savent vraiment se battre ! » Les treize interprètes des nains ont heureusement bénéficié de trois mois d’intense entraînement physique avant le tournage. « Ils ont fait en sorte de nous tuer, puis de nous ressusciter, puis de nous tuer à nouveau, puis de nous faire revenir encore et encore, pour nous préparer à ce qui nous attendait sur les plateaux », note, non sans humour, Jed Brophy, alias le nain Nori. « Ils ont voulu nous exterminer », ajoute William Kircher, qui incarne le nain Bifur. « Ils nous ont essentiellement réduits à l'état d'amibes afin de pouvoir renaître sous forme de nains (rires) ! » A l'occasion du 38ème jour de tournage, Peter Jackson investit de nouveau, dix ans plus tard, les décors de la cité des elfes Fondcombe, reconstruits à l'identique. Hugo Weaving (Matrix) y renoue avec le rôle d'Elrond. « L'arrivée à Fondcombe et la rencontre avec Elrond restera le plus grand moment de cette première phase du tournage », avoue Richard Armitage, qui interprète le légendaire Thorin « Écu-de-chêne ». « J'ai vraiment eu l'impression de débarquer en Terre du Milieu ». Cate Blanchett, alias Galadriel, y fait également son retour. « Ce fut fantastique de retrouver Hugo et Cate, Elrond et Galadriel, à Fondcombe. J'ai fait un véritable bond dans le passé ! Comme si je tournais encore La Communauté de l'Anneau... » Début mai, Martin Freeman retourne à Londres pour retrouver le rôle du docteur Watson dans la seconde saison de la série Sherlock. Peter Jackson en profite pour lancer le montage des scènes tournées lors des six premières semaines, tout en filmant des séquences où n’apparaît pas Bilbon. Sylvester McCoy (Doctor Who), qui joue l'excentrique amie de Gandalf Radagast le Brun, débarque alors à son tour à Wellington. Quand on vous dit qu'un long-métrage en production se doit d'avoir un planning rigoureux... En juin, la première phase du tournage se termine enfin. « Nous sommes en Nouvelle-Zélande depuis cinq mois », rappelle Richard Armitage. « L'aventure ne fait pourtant que commencer... » Une pause de plus de deux mois va maintenant permettre à Peter Jackson d'avancer le travail sur le montage et les effets visuels du film, de repartir en repérages à travers la Nouvelle-Zélande, ainsi que de préparer les plus grosses scènes d'action des deux opus. « J'étais fatigué au bout de quelques jours de tournage, et je le resterai jusqu'à la fin », avoue le cinéaste. « Vous savez, nous avons programmé 250 jours de tournage pour les deux films, et j'ai pensé que ce serait une bonne idée de les diviser en trois blocs distincts. Cela laisse à chacun le temps de souffler. Et je peux me pencher sur le montage de ce qui a déjà été filmé, regarder une première copie de travail et prendre des notes, prendre le temps d'expliquer aux artistes du studio d'effets visuels Weta Digital ce que j’attends des plans qu'on leur a confié... Cela m'offre aussi l'occasion de me concentrer sur les révisions du script. Ce tournage en trois temps est, je pense, une manière plus intelligente de réaliser ces films à grand spectacle, qui nécessitent tellement d'énergie... »

Vacances studieuses

La seconde phase du tournage est prévue pour fin août. « J'ai presque l'impression d'être en vacances », ajoute Peter Jackson. « Mon programme est pourtant chargé ! Je dois rencontrer les illustrateurs John Howe et Alan Lee pour discuter du design de certaines choses dont nous aurons prochainement besoin. Richard Taylor doit également me montrer ce que son équipe a construit. D'un certain côté, je suis retourné en pré-production ! Mais j'ai également débuté la post-production (rires). Le projet progresse donc simultanément sur tous les fronts. Mais je dois d'abord partir en repérages dans l'île du sud de la Nouvelle-Zélande... Il est plus que temps : la prochaine phase du tournage est principalement dédiée aux extérieurs ! » Pas moins de cinq hélicoptères sont utilisés pour transporter l'équipe des repérages à travers les superbes paysages de la Terre du Milieu – pardon, de la Nouvelle-Zélande ! « Il ne s'agit pas tant de dénicher des lieux adéquats ; cela, nous l'avons déjà fait ! Nous retournons à la trentaine d'endroits que nous avons apprécié afin de préparer la logistique du tournage ». Certains décors naturels se trouvent en effet loin de toute civilisation. « C'est étrange de se retrouver au milieu d'une montage et de se demander comment faire venir une équipe de 200 personnes, où planter les tentes, où se changeront les comédiens ? Car il ne faut pas oublier que tout cela ne devra pas se trouver devant les caméras ! L'homme moderne ne doit pas être visible dans la forêt de Mirkwood (rires) ». En juillet, Peter Jackson se rend brièvement en Grande-Bretagne afin de tourner quelques plans devant des morceaux de décors montés au sein des studios Pinewood, près de Londres. Christopher Lee, âgé de 89 ans, ne pouvait pas se permettre de faire la voyage jusqu'en Nouvelle-Zélande afin d'incarner à nouveau Saroumane ! Ian McKellen fait également le déplacement. « Nous profitons de l'absence de Martin Freeman pour filmer une poignée de séquences du second film », précise Peter Jackson. Le cinéaste se rend ensuite, fin juillet, à la convention Comic Con de San Diego afin de présenter Les Aventures de Tintin, qu'il produit, et Le Hobbit. Parlez-lui de vacances ! Le mois d'août est consacré à la préparation de le seconde phase du tournage. Les acteurs reviennent l'un après l'autre en Nouvelle-Zélande, et sont rejoints par de nouveaux venus – dont Stephen Fry (V pour Vendetta), qui joue le maire de Lacville, et Luke Evans (Le choc des titans), qui incarne Bard l'Archer. Les prises de vues reprennent - et ne s'arrêteront cette fois-ci pas avant décembre. « Tout se déroule comme prévu », annonce alors fièrement Peter Jackson. « Nous en sommes à cent jours de tournage et nous attaquons les scènes d'action. J'ai aujourd'hui sur les plateaux un hobbit, treize nains et une trentaine de gobelins ! Ce qui induit une certaine lenteur ; cela fait beaucoup d'acteurs engoncés dans des costumes ultra-moulants (rires). Nous devons organiser régulièrement des pauses afin qu'ils puissent enlever leurs masques et respirer un peu d'air frais ». Le tournage de ces films, qui se terminera au printemps 2012, va finalement durer aussi longtemps (voir davantage...) que celui de la trilogie du Seigneur des Anneaux. « Chaque jour est un nouveau défi. Nous avons passé une précédente journée au milieu d'une tempête. Il y avait du tonnerre, des éclairs, de la pluie battante. Nous étions dans un studio, devant un écran vert, mais trempés ! Là, nous côtoyons des flammes et des gobelins... Chaque jour est différent, ce qui est simultanément très agréable et compliqué à gérer ». Au cours du mois de septembre, le tournage en extérieurs peut enfin commencer... « L'hiver se termine, dans l'hémisphère sud », rappelle le cinéaste. « Les journées se rallongent, c'est le moment de prendre l'air (rires) ! » Et c'est près de la bourgade de Matamata qu'a été reconstruit le village de Bilbon Sacquet, Hobbitebourg. Un retour aux sources sur lequel nous nous pencherons prochainement !



La suite de ce dossier sera publiée dans quelques semaines sur ESI !

[En discuter sur le forum]

Bookmark and Share


Fantasy Attraction Arthur, l'aventure 4D
.